Largo Winch - Tome 13 - Le Prix de l'argent

Front Cover
Mort sur un plateauLargo Winch est l'invité de la célèbre émission télévisée "Le Prix de l'argent". Les journalistes l'interrogent sur la mondialisation, les rachats et autres fusions d'entreprises. Après des considérations générales, ils en viennent à un cas précis : Speed One, racheté depuis peu par le Groupe W, vient d'annoncer le licenciement de deux mille cinq cents travailleurs. Surpris d'être entraîné sur ce terrain, Largo marque le coup. L'un des journalistes fait alors entrer sur le plateau Dennis Tarrant, le directeur de l'un des quatre sites de production de Speed One. Et c'est le drame. En direct, devant des millions de téléspectateurs, Tarrant se loge une balle dans la tête. Largo est aussitôt accusé d'être le responsable de la mort du désespéré par une partie de la presse comme de l'opinion. Et par June, la fille de Tarrant. Pour le bel aventurier milliardaire, les (gros) ennuis ne font que commencer...Un thème ô combien d'actualitéEn revenant avec ce 13e album aux sources de la série Largo Winch, l'un des hommes les plus puissants de la planète financière Jean Van Hamme aborde, sans complaisance et avec un sens aigu de la dramaturgie, un thème ô combien d'actualité : la mondialisation et ses "bienfaits". Jamais, sans doute, il n'avait mis son personnage dans une telle contradiction ni ne l'avait fourré dans un tel guêpier. Incontestablement, Le Prix de l'argent est l'une des aventures de Largo Winch les plus inspirées et les plus passionnantes, d'autant que Philippe Francq, en pleine forme, fait mouche avec son dessin dynamique et généreux. Le Prix de l'argent est le premier volet d'une histoire qui en comptera deux.
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Section 1
3
Section 2
6
Section 3
7
Section 4
9
Section 5
11
Section 6
18
Section 7
20
Section 8
21
Section 9
22
Section 10
27
Section 11
44
Section 12
46

About the author (2010)

Philippe Francq est né à Etterbeek le 13 décembre 1961. Après une scolarité sans histoire, il décide de terminer ses humanités dans une section artistique et il rentre à Saint-Luc en septembre 1978. C'est là que, réellement, on va lui apprendre à tenir un crayon et à remplir une feuille. En 1981, il rempile pour trois ans dans la section bande dessinée, dirigée à l'époque par Claude Renard. Au problème du dessin s'ajoute désormais celui, plus sérieux, du scénario. À 23 ans, il sort de Saint-Luc bardé de diplômes et se met à la fois recherche d'un éditeur et d'inspiration. Il travaille successivement avec Gabrielle Borille, scénariste avec laquelle il réalise les dix premières planches d'une histoire qui n'aboutira pas, et avec Bob de Moor, au Studio Hergé. Bob de Groot lui propose de travailler avec lui sur une série qui s'appellera "Des villes et des femmes" : ils aligneront deux albums pour Dargaud. Chez le même éditeur, Francq publie ensuite deux tomes de "Léo Tomasini" sur scénario de Francis Delvaux . Sa rencontre avec Jean Van Hamme en 1988 va changer son destin. L'écrivain et scénariste lui propose d'illustrer les adaptations qu'il envisage de tirer d'une série de six romans avec lesquels il avait connu un succès d'estime au Mercure de France, en ses débuts. "Largo Winch" constitue un cycle de thrillers modernes, souvent exotiques et toujours mêlés au milieu de la haute finance. Une oeuvre initialement très en avance sur son temps et assez médiocrement diffusée. Le dessin précis et efficace de Francq va la placer parmi les best-sellers absolus de la BD. Lancé dans la collection "Repérages", le premier tome dépassera les 50 000 exemplaires vendus à sa mise en place, le dixième avoisinera les 500 000 ! En parallèle, les romans sont réédités sous diverses formes, tandis qu'une grande série télévisée de 39 épisodes est diffusée à travers le monde. Philippe Francq et Jean Van Hamme se sont vus décerner le Sanglier 2007 du meilleur album adulte (un des Prix Uderzo) pour Les trois yeux des gardiens du Tao, le 15e album de leur série Largo Winch.

A priori, rien ne destinait Jean Van Hamme à devenir le scénariste le plus lu de la bande dessinée franco-belge actuelle. Rien si ce n'est une indéfectible envie de raconter des histoires ! À tel point qu'il abandonne une brillante carrière d'ingénieur commercial, au sein de diverses multinationales. Avant cela, en 1968, Jean Van Hamme avait toutefois réussi à ramener l'un des maîtres de la BD, Paul Cuvelier, à sa table à dessin en signant pour lui différents scénarios. Une expérience concluante, qui l'entraîne à multiplier les collaborations avec les plus grands dans les années qui suivent. Au fil des ans, Van Hamme signe un nombre incroyable de séries, qui deviendront autant de succès retentissants. Il est capable de passer du folklore nordique de « Thorgal » à l'espionnage moderne de « XIII » ou « Largo Winch », ou de reprendre avec brio un monument tel que Blake et Mortimer. Très éclectique, il creuse pourtant certaines thématiques au sein d'une oeuvre des plus denses : ainsi, ses héros le sont souvent malgré eux (Thorgal, Histoires sans héros), accrochés par un univers hostile (Thorgal, Largo Winch, Rani) ou une quête d'identité (XIII, Western) persistante. Si, aujourd'hui, il entend se consacrer davantage au roman, au théâtre et à la télévision, Jean Van Hamme reste une pierre angulaire du 9e art. En attestent ses multiples prix et autres décorations officielles, et son activité de président du Centre Belge de la Bande Dessinée.

Bibliographic information