Le Paraguay

Couverture
A. Mame, 1881 - 239 pages
 

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 94 - Le tien et le mien n'y étaient pas connus. Abondamment pourvus des choses nécessaires à la vie; jouissant, dans leur famille et leur patrie, des plus doux sentiments de la nature; connaissant les avantages de la vie civile, sans avoir quitté le désert, et les charmes de la société sans avoir perdu ceux de la solitude, ces Indiens se pouvaient vanter d'un bonheur sans exemple sur la terre... L'hospitalité, l'amitié, la justice et les tendres vertus découlaient naturellement de leurs cœurs...
Page 10 - ... le rend fort incommode à ceux qui veulent le nourrir. Les deux bords du fleuve sont presque couverts de bois , de palmiers , et d'autres arbres assez peu connus en Europe, et qui conservent toute l'année leur verdure ; on y trouve des oiseaux en quantité. Je ne m'arrêterai point à vous faire la description de tous ceux que j'y ai vus ; je ne vous parlerai que d'un seul, non moins remarquable par sa petitesse que par la beauté de son plumage. Cet oiseau...
Page 181 - Indien qui leur ouvroit les yeux , tandis , qu'à la faveur d'un long tuyau*} j'y soufllois du sucre candi en poudre , ou bien je leur mettois dans l'oreille de petites boules de coton imbibées de -vinaigre. Telles furent pendant près de trois mois mes occupations de chaque jour, qui me laissoient à peine le temps de prendre un morceau à la hâte et de réciter mon office. Ces remèdes , que Dieu m'inspira de leur donner, eurent tout le...
Page 145 - Plata, et, entrant dans les eaux du Paraguay , se dispersèrent dans les bois. Les anciennes relations nous les représentent un bréviaire sous le bras gauche , une grande croix à la main droite , et sans autre provision que leur confiance en Dieu.
Page 18 - Par l'espèce et la quantité du gibier, les pareas jugent si c'est un homme de cœur et s'il mérite d'obtenir leur fille en mariage. Il ya beaucoup d'Indiens qui n'ont point d'autre lit que la terre ou quelques ais , sur lesquels ils étendent une natte de jonc et la peau des animaux qu'ils ont tués. Ils se croient fort heureux lorsqu'ils peuvent se procurer un hamac; c'est...
Page 9 - Plata que sous le nom redoutable 'd'Enfer des pilotes : ce n'étoit pas sans raison ; car ce fleuve est en effet plus dangereux que la mer même en courroux. En pleine mer , quand les vents se déchaînent , les vaisseaux n'ont pas beaucoup à craindre , à moins qu'ils ne rencontrent dans leur route quelque rocher à fleur d'eau. Mais sur la Plata on est sans cesse environné d'écueils ; d'ailleurs les eaux s'y élevant davantage qu'en haute mer , le navire court grand risque...
Page 110 - Disu ne fait aucune différence entre l'âme de l'esclave et celle de l'homme libre... Beaucoup de plébéiens ont brillé par d'éclatantes vertus et ont mérité d'être élevés au-dessus des nobles... Mais que ceux qui sortent de la pauvreté pour venir au monastère ne se laissent pas gonfler par l'orgueil en se voyant les égaux de ceux qui paraissaient être quelque chose dans le siècle. Il serait indigne que, là où les riches, en abdiquant toute hauteur mondaine, descendent à l'humilité,...
Page 17 - Ce qu'il ya d'étonnant, c'est qu'il n'en est aucun qui ne soit extraordinairement habile dans ces sortes d'exercices; jamais ils ne manquent leur coup , même en tirant au vol. Les massues dont ils se servent dans les combats , sont faites d'un bois dur et pesant; elles sont tranchantes des deux côtés , fort épaisses au milieu , et se terminent en pointe. A ces armes offensives , quelques-uns ajoutent, lorsqu'ils vont à la guerre, un' grand bouclier d'écorce , pour se mettre à couvert des...
Page 18 - Il est permis aux caciques d'avoir plusieurs femmes; les autres Indiens n'en peuvent avoir qu'une. Mais si par hasard ils viennent à s'en dégoûter , ils ont droit de la renvoyer et d'en prendre une autre. Jamais un père n'accorde sa fille en mariage, à moins que le prétendant n'ait donné des preuves non équivoques de son adresse et de sa valeur. Celui-ci va donc à la chasse , tue le plus qu'il peut de gibier , l'apporte à l'entrée de la cabane où demeure celle qu'il veut épouser , et...
Page 110 - ... vie rustique et des professions ouvrières et du labeur plébéien, et avec d'autant plus d'avantage qu'ils sont mieux dressés au travail. Ce serait un grave délit que de ne pas les admettre. » — « Il ne faut pas chercher, » ajoute-t-il, « si le novice est riche ou pauvre, esclave ou libre, jeune ou vieux. Ni l'âge ni la condition n'importent chez les moines; car Dieu ne fait aucune différence entre l'âme de l'esclave et celle de l'homme libre... Beaucoup de plébéiens ont brillé...

Informations bibliographiques