Le Scorpion - tome 9 - Le Masque de la vérité

Front Cover
Pour le Scorpion, c'est l'heure des révélations attendues de longue date : son véritable père n'est plus très loin... Le poison du Scorpion commencerait-il à faire effet ? Depuis qu'il a dérobé la solde promise aux moines guerriers de Trebaldi, ce dernier est de plus en plus isolé. Paradoxalement, il n'a peut-être jamais été aussi proche de son véritable but : devenir le maître absolu de sa propre famille. Car l'archéologue et le cardinal sont les deux faces d'une même médaille : tous deux cherchent à cautériser les plaies d'un passé douloureux, rempli d'énigmes et d'intrigues. Un passé dont le « diable » tire les ficelles, pour mieux ramener son fils au bercail ! A l'occasion des 10 ans de la série, les tomes 1 à 8 sont réédités avec des couvertures inédites. Une magnifique saga à redécouvrir sous de nouveaux atours ! Le tome 9 sera également édité avec une seconde couverture.

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

About the author (2013)

Marini, Enrico Dessinateur Coloriste Né le 13/08/1969 en SUISSE Enrico Marini, de nationalité italienne, est né le 13 août 1969 en Suisse dans la région de Bâle. Tout au long de son enfance c'est pour son plaisir qu'il dessinera et créera des bandes dessinées. Poussé par ses amis, vers l'âge de 14 ans il se décidera enfin à participer à certains concours. Durant 4 années (de 1987 à 1991) il étudiera le graphisme à l'Ecole des Beaux-Arts de Bâle. Son trait est alors influencé par les Mangas, son admiration se porte sur Hermann, Moebius et Otomo. Sa carrière débute réellement en 1987 au Festval de la Bande Dessinée de Sierre dans le cadre du concours des nouveaux talents. En effet, Cuno Affolter (journaliste suisse, organisateur notamment de plusieurs expositions à la Foire de Francfort ou au Festival de Sierre), admiratif devant les planches déjà très abouties de ce jeune dessinateur, le présente à une nouvelle maison d'édition : Alpen Publishers. Ces derniers décident alors de confier à Marini le dessin d'un scénario de Marelle intitulé "La Colombe de la Place Rouge". Ses dessins commenceront par être publiés dans "La Tribune de Genève". Face au succès remporté, naîtra le premier tome de la série "Un dossier d'Olivier Varèse". Trois tomes d'Olivier Varèse suivront entre janvier 1992 et mai 1993. Puis c'est Georges Pop, journaliste de la Radio Suisse Romande, qui sera le scénariste du dernier épisode de cette première série "Le Parfum du Magnolia". En 1992, Thierry Smolderen propose à Marini de changer d'univers. Leurs regards se tournent alors vers Gipsy, un vrai héros de chair et de sangn avec des défauts et un passé, mélange de cynisme, de force grossière et de sensibilité dissimulée. De par sa rencontre avec Stephen Desberg, Marini concrétise un rêve d'enfant - dessiner un western. L'Etoile du Désert, révèle, à travers un nouveau style, le talent incontestable de 2 sommités de la bande dessinée. Prix Obtenus: 1996 : Betty Boop du meilleur graphisme au Festival de Hyères pour le tome 1 de "L'Etoile du Désert". 1997 : Prix ALBD (Association de libraires de bandes dessinées) pour "L'Etoile du Désert" au Festival d'Angoulême Prix à Lys Lez Lannoy pour Gipsy T4. 1999 : Prix BD Alpes à BD Frontière 2000 : Prix meilleur dessinateur à Bédécines 2001 : Grand Prix de la ville d'Antibes (Juan les Pins) Série(s) réalisée(s) Dossiers d'Olivier Varèse (Les) Etoile du désert (L') Gipsy Héritiers du serpent (Les) Rapaces Sapristi Scorpion (Le) Tatiana K.

Né à Bruxelles le 10 septembre 1954, Stephen Desberg se rode au scénario dans l'ombre de Maurice Tillieux. Il collabore aux derniers récits de celui-ci sur "Tif et Tondu" ("Le Gouffre interdit" en 1978, puis "Les Passe-montagnes") et prend ensuite en charge l'écriture de cette série jusqu'au départ de Willy Maltaite (Will), en 1990. Scénariste quasi attitré de la famille Maltaite, il va produire d'autres récits pour Will (dont trois grandes oeuvres plus "adultes" : "Le Jardin des désirs" et "La 27e lettre" dans "Aire Libre", puis "L'Appel de l'enfer" chez PetT Productions) et pour son fils, Eric, avec lequel il développera successivement "Jules et Gil", "La Famille Hérodius" et la série de l'agent secret "421" pour SPIROU, avant de se tourner vers un humour plus adulte dans "Carmen Lamour" chez PetT Productions en 1993. Ainsi lancé, il imagine successivement dans SPIROU les séries "Mic Mac Adam" pour Benn dès 1978, un premier essai de "Billy the Cat" avec Colman en 1979, les aventures fantastiques de l'ange "Arkel" pour Marc Hardy en 1981 et l'ambiance africaine rétro de "Jimmy Tousseul" pour Daniel Desorgher en 1987. Chez Casterman, il s'associe avec Johan De Moor pour composer les personnages de "Gaspard de la nuit" et de "La Vache". Au Lombard, il écrit "Le Sang noir" pour Bernard Vrancken. Dargaud édite son "étoile du désert", saga illustrée par Enrico Marini. Parmi ses plus récentes création, il concient de signaler "Le Cercle des sentinelles" avec Philippe Wurm chez Casterman. C'est néanmoins le chaton "Billy the Cat" qui lui assure son plus grand succès lorsqu'il décide en 1987 avec Colman de relancer cette ébauche vieille de huit ans déjà. Ces nouvelles aventures vont déboucher sur une remarquable série d'albums, parcimonieusement produits par un dessinateur perfectionniste, et éveilleront l'attention de millions de téléspectateurs européens grâce à une série parallèle de dessins animés.

Bibliographic information