Le contrôle des dépenses engagées: Évolutions d’une fonction

Front Cover
Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004 - Political Science - 543 pages
Pour s’assurer du non-dépassement des crédits budgétaires, les parlementaires de la IIIe République instaurèrent une procédure originale : le contrôle des dépenses engagées. Cette opération de vérification comptable de la dépense publique fut confiée au ministère des Finances. Si elle repose toujours sur la loi du 10 août 1922, la mission du contrôleur, devenu contrôleur financier central en 1956, évolue avec le temps. Les changements institutionnels et le contexte économique influent peu. Ce sont les mutations de l’administration et l’idée que l’on se fait de sa modernisation qui redessinent les contours de la fonction. Pourtant sous trois Républiques la permanence des problématiques est saisissante. Les finances publiques mettent en relation la représentation nationale et l’administration des Finances. Alors qu’on pense décrire uniquement une relation très politique entre le Parlement et le gouvernement, on appréhende les rapports tourmentés entre deux directions très liées, la Comptabilité publique et le Budget. "Sébastien Kott a démontré, preuves à l'appui, comment le dynamisme du contrôle de "l'engagement" a sucité la fonction "d'expertise financière" et conduit à la concentration des informations financières au sein du ministère des Finances" Lucile Tallineau.

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Chapitre Premier Le Parlement à la conquête du contrôle financier 27
1
De la déconcentration du contrôle financier au contrôle financier
348
Conclusion
368
Copyright

1 other sections not shown

Other editions - View all

Common terms and phrases

Bibliographic information