Le petit almanach de nos grands hommes, pour l'année 1788: Suivi d'un grand nombre de pièces inédites

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 185 - Il n'est point de serpent ni de monstre odieux Qui, par l'art imité, ne puisse plaire aux yeux : D'un pinceau délicat l'artifice agréable Du plus affreux objet fait un objet aimable.
Page x - Le génie , en politique, consiste, non à créer, mais à conserver ; non à changer , mais à fixer ; il consiste enfin à suppléer aux vérités par des maximes ; car ce n'est pas la meilleure loi, mais la plus fixe, qui est la bonne.
Page 66 - La Nature pour lui prodiguant sa richesse, Dans son génie, ainsi que dans ses traits, A mis la force et la noblesse : En la peignant il paya ses bienfaits.
Page 19 - Cet Almanach paraîtra chaque année; et, afin que la nation puisse juger de notre exactitude, le rédacteur, armé d'un microscope, parcourra les recueils les moins connus, les musées les plus cachés et les sociétés les plus obscures de Paris ; nous nous flattons que rien ne lui échappera, etc.
Page 242 - Je rêve un beau matin Que je suis fait pour un brillant destin; Je vois, j'entends, les nymphes de mémoire Me reprocher d'ensevelir ma gloire, De m'oublier, quand le peuple et le roi, Quand tout Paris ne comptent que sur moi.
Page 80 - C'est ce que se demandait M. Fallet : « On a aimé M. Fallet dans Tibère et Tibère lui-même ya beaucoup gagné. Il fallait bien du talent pour rendre Tibère aimable. » M. l'abbé Barthe, de la société anacréontique d' Arras, « excessivement connu pour une fable sur deux carrosses », fut mis en joie par un début si flatteur.
Page 142 - ... des exemples. L'extrême activité de M. le chevalier de Cubières, et son admirable régularité dans les Almanachs, devraient faire rougir plus d'un homme de lettres. Nous avons en ce moment onze Recueils de vers sous les yeux, auxquels tout manquerait plutôt que M. le chevalier de Cubières; et ce n'est pas un seul morceau à chacun qu'il distribue mesquinement; ce sont des douzaines de pièces à la fois, jetées avec magnificence dans les Almanachs riches ou pauvres, sans distinction. Il...
Page 32 - Que de guerres entreprises pour de moindres sujets ! » « Avy*** ( M. l'abbé ). Nous n'avons encore obtenu que la moitié du nom de cet auteur.... Ceux qui ont le bonheur de le connaître par son nom, nous ont assuré que nous n'avions pas plus de quatre ans à attendre, parce que M. l'abbé laisse paraître chaque année une lettre de plus; il était A*** en 1786, Av** en 1786, il est Avy* en 1787.
Page 348 - Baynal était un âne par la ceinture : Tu te trompes, c'est bien un âne de pied en cap. /. Le crédit est la seule aumône qu'on puisse faire à un grand État. ,*, Sur l'abbé Giraud, qui s'était fait dénigreur de son métier, et qui avait coutume de dire de tous les livres qu'il lisait : C'est absurde!

Informations bibliographiques