Le sommeil de Léo

Front Cover
Futuropolis - Comics & Graphic Novels - 96 pages
Melvin Méricourt est le jeune patron (forcément dynamique) d'une société de meubles en carton. Bien qu'il s'apprête à signer un gros contrat avec la Finlande, les déboires s'accumulent. Les finances sont dans le rouge et la banque menace de fermer le compte. De plus, Kikka, une ravissante étudiante-traductrice finnoise reste totalement insensible à son charme (ce dont ce macho, séducteur impénitent n'a pas l'habitude). Il n'est même plus en état de se rendre compte que sa charmante assistante, Anita, en pince sérieusement pour lui... c’est dire. S’il y a une chose que Melvin déteste, c’est ne pas être maître de la situation. Un soir, il accepte (il ne sait pas pourquoi) d'accompagner Anita et sa copine Sophie au spectacle d'un hypnotiseur, le grand Jirinikof. Il emmène avec lui Léo, un vieux "pote" du lycée de Bordeaux. Léo qui vient de débarquer comme ça, sans crier gare, chez Melvin. Et puis voilà que le fameux Jirinikof a choisi le Léo pour une petite démonstration. Et le mage de music-hall commence son hypnose sur le pauvre Léo. On peut dire que cela marche bien sur Léo... Mais, il y a comme un problème. Léo, il n’en sort pas de l’hypnose. Le voici, les yeux grands ouverts en état de veille paradoxale ! Melvin se retrouve avec ce zombie loser qui tape l'incruste sur les bras. Et ça, ça l’énerve Melvin. D'autant plus que Kikka et Anita s’opposent à ce qu’il s’en débarrasse en l'abandonnant à l'hôpital.

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

About the author (2012)

Jean-Claude Denis est une personnalité rare dans le monde de la bande dessinée. Avec Luc Leroi, il a su créer un personnage attachant et lunaire, souvent en décalage avec une société qui laisse peu de place à la poésie. Sans vouloir minimiser son talent, il faut reconnaître que Jean-Claude Denis ne va pas chercher très loin ses personnages, tant ils empruntent à sa personnalité. Et c’est sans doute pour cela que ses livres sonnent si justes.

Bibliographic information