Le theatre italien de Gherardi, ou, Le recueil general de toutes les comedies & sçenes françoises joüées par les comediens italiens du roy, pendant tout le temps qu'ils ont été au service de Sa Majesté. 5. ed., sur la nouvelle de Paris, divisée en six tomes, reveuë, cor., augm. enrichie d'estampes en taille-douce à la teste de chaque comedie. Avec tous les airs qu'on y a chantez, gravez, notez... avec leur basse continuë chiffrée à la fin de chaque volume, Volume 4

Front Cover
Chez M. Charles le Cene, 1721
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 503 - Sans le tour du bâton je doute qu'il la fasse; Pour avoir un emploi de quelque financier, C'est le tour du bâton qui marche le premier ; On ne veut rien prêter, quelque gage qu'on offre...
Page 504 - Kien n'est plus nécessaire au commerce des hommes ; Et pour ne point sortir de la Ferme où nous sommes , Lorsque l'on offre au Roi la somme qu'il lui faut , On ne biaise point et l'on parle tout haut : Cent millions , dit-on , plus ou moins , il n'importe. On ajoute à cela ; mais d'une voix moins forte , D'un ton beaucoup plus bas > qu'on entend bien , pourtant , Et pour notre Patron une somme de tant , Soit par reconnoissance , .ou soit par politique : C'est l'usage commun qui par-tout se pratique.
Page 503 - Je vous jure pourtant que je n'en savois rien. Je vois , par ses effets et ses métamorphoses , Que le tour du bâton est propre à bien des choses ; Mais je ne conçois point où l'on peut l'appliquer. M.
Page 442 - N'accompagnent mes pas que pour avoir des grâces , Je ne puis distinguer, au rang où je me voi , Ceux qui m'aiment pour eux, ou qui m'aiment pour moi. Je...
Page 504 - Mais qui ne feront point, tant ils sont débonnaires , Ni le bien de l'état, ni leurs propres affaires. Pour faire aller le peuple il faut être plus dur.
Page 441 - Pour un dont la vertu trouve un heureux destin , Mille vont à leur but par un autre chemin : L'un , qui pour s'élever n'a qu'un foible mérite , Sous un dehors zélé cache un cœur hypocrite; L'autre met son étude à vous donner des soins , Quand il sait que vos yeux en seront les témoins; Celui-ci fait du jeu sa capitale affaire, Cet autre en plaisantant devient sexagénaire ; Et l'on arrive ainsi , presque en toutes les cours , I)'un pas imperceptible à la fin de son cours.
Page 501 - Des soins infructueux et des veilles stériles : D'une voix unanime et d'un commun accord , Les vertus d'un fermier sont dans son coffre-fort; Et son zèle est si grand pour des vertus si belles Qu'il en veut tous les jours acquérir de nouvelles. La vertu toute nue a l'air trop indigent; Et c'est n'en point avoir que ir'avoir point d'argent.
Page 506 - Eh quoi ! n'avez- vous rien à faire Et de plus sérieux et de plus nécessaire ? La mort, toujours au guet avec son attirail , Est-elle caution que vous passiez le bail? Ne l'entendez-vous pas qui vous dit de l'attendre , Et que demain peut-être elle viendra vous prendre ? Il faudra tout quitter quand elle arrivera; Et vous ne songez point à ce non plus ultra.
Page 504 - C'est l'usage commun qui par-tout se pratique. Il n'est point d'intendant en de grandes maisons Qui n'ait le même usage et les mêmes raisons. Quand on y fait un bail , de quoi que ce puisse être, Et qu'on a dit tout haut ce que l'on offre au maître, On prend un ton plus bas pour le revenant bon , Et voilà ce que c'est que le tour du bâton. Son étymologie est sensible, palpable.
Page 436 - Et je souhaiterois , avec l'aide d'Ésope , Pouvoir déraciner des cœurs Les vices qu'on y développe. « Quel petit génie est-ce là? » Diront ceux qui sont las des fables : « Pour qui nous croit-il prendre , en débitant cela?

Bibliographic information