Le theatre italien de Gherardi, ou, Le recueil general de toutes les comedies & sçenes françoises joüées par les comediens italiens du roy, pendant tout le temps qu'ils ont été au service de Sa Majesté. 5. ed., sur la nouvelle de Paris, divisée en six tomes, reveuë, cor., augm. enrichie d'estampes en taille-douce à la teste de chaque comedie. Avec tous les airs qu'on y a chantez, gravez, notez... avec leur basse continuë chiffrée à la fin de chaque volume, Volume 5

Front Cover
Chez M. Charles le Cene, 1721
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 240 - Tu as raison. Je vois que je ne connais plus ce que je croyais le mieux connaître. Il ya bien loin de la personne au personnage. Que de Mascarilles! ARLEQUIN. — Du personnage à la personne, il ya loin comme de mon masque à mon visage, et comme de mon habit à ma peau. Vous voyez bien qu'à Paris les comédiens ne sont pas les seuls qui jouent la comédie!
Page 70 - Cela vous est hoc; On s'épouse aujourd'hui sans notaire ; L'usage approuvé Est sous seing-privé ; L'Amour carillonne, Et j'entends qu'il sonne, Du haut du clocher, L'heure du berger. SCÈNE VIII. PÉRION, GALAOR, ÉLIZÈNE, DARIOLETTE. PÉRION, àÉlizène. Ah ! vous voilà , infante de mon ame ! Vous arrivez comme de cire; il ya long-temps que je vous attendois ; je commençois à me morfondre. ÉLIZÈNE. Valeureux chevalier , à votre aspect je deviens toute perplexe. DARIOLETTE. Ma maîtresse...
Page 68 - Eh! ne craignez rien: je connois mille femmes qui n'ont jamais été le quart autant mariées que vous. ÉLIZÈNE. Je ne saurois que te dire ; ce mariage-là me paroît un peu précipité. DARIOLETTE. Il ne s'en fait plus autrement; et dans ce temps-ci, il faut brusquer la noce? et ne pas donner le temps à un homme de se reconnoître, ni de faire trop d'informations de vie...
Page 182 - Il est attentif aux loges et à l'amphithéâtre : il cherche quelque main blanche qui parte de son gant pour aller au secours de quelque palissade noire (...). Il sort, non sans reprendre le gage ; il donne trente sols pour aller au parterre : il donne autre gage pour faire ouvrir la loge, il convient des faits avec la belle, il ressort et reprend le gage : et pour ses trente sols il retombe au parterre, où il lorgne et est lorgné tout à son aise.
Page 362 - Ce vin dont il emplit luy-même fes futailles, Ce vin qui tant de fois abreuva fes entrailles , Ce vin qui de couroux fume encore aujourd'huy , De voir qu'il...
Page 71 - Pour adoucir ton chagrin, Va, pendant ma procédure, Faire un tour dans le jardin. Quand la maîtresse est aux prises, Les soubrettes bien apprises Doivent voir en attendant De quel côté vient le vent.
Page 214 - ... b) BALLETS DE PAROLES. — Ballets à deux personnages : La Fontaine de Sapience, de Louis Biancolelli, se. 1 début : Lisette. — Non, je ne crois pas qu'il y ait de plus grand malheur pour une femme que celui de n'être plus aimée d'un mari qu'on aime encore. Le volage ! Angélique. — Non, il n'ya pas de plus grand malheur pour une femme que celui d'être trop aimée d'un mari trop brutal pour être aimé. Le bourru ! 1- Encore ne disons-nous rien ici des endroits où, par une sorte de...
Page 353 - Regnard, et représentée pour la première fois par les comédiens italiens du roy dans leur hôtel de Bourgogne, le 24 août 1690.
Page 288 - C'eft cet homme , vous dis-je , qui a de petits morceaux de bois qui ont de la barbe au bout; cela cil fait comme de petits balets , & d'un feul coup de cette aiTaire-là , il vous défigure un vifage.