Le theatre italien de Gherardi, ou, Le recueil general de toutes les comedies & sçenes françoises joüées par les comediens italiens du roy, pendant tout le temps qu'ils ont été au service de Sa Majesté. 5. ed., sur la nouvelle de Paris, divisée en six tomes, reveuë, cor., augm. enrichie d'estampes en taille-douce à la teste de chaque comedie. Avec tous les airs qu'on y a chantez, gravez, notez... avec leur basse continuë chiffrée à la fin de chaque volume, Volume 6

Front Cover
Chez M. Charles le Cene, 1721
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 473 - du mariage a cela de particulier que les étrangers » ont envie de l'habiter, et que les habitants natu» rels voudraient en être exilés.
Page 157 - Richard sans peur, premier duc de Normandie, et qui ne finira pas encore de deux siècles. Le coffre-fort d'un Gascon, pesant trois grains de blé, et si il ya dedans ses épargnes de dix années. Mais ce qui fait l'étonnement de tous les curieux; c'est une pendule qui marque l'heure d'emprunter, et jamais celle de rendre, ouvrage très utile à la plupart des officiers revenus de l'armée. LE DOCTEUR...
Page 482 - Ciel en joignant les mains, l'autre regarde fixement son image en grinçant les dents, l'autre mord ses doigts et frappe des pieds contre terre ; tous enfin font des postures et des contorsions si extraordinaires, qu'ils ne semblent plus être des hommes. Mais à peine le sacrificateur at-il retourné certain feuillet, qu'il entre...
Page 36 - ... parler toujours sans rien dire pour sembler spirituelle; rire sans sujet, pour paraître enjouée ; se redresser à tout moment pour étaler sa gorge ; ouvrir les yeux pour les agrandir ; se mordre les lèvres pour les rougir ; parier de la tête à l'un, de l'éventail à l'autre, donner une louange à celle-ci, un lardon à celle-là. Enfin radoucissez-vous, badinez, gesticulez, minaudez et soutenez tout cela d'un air penché ; vous voilà à peindre aux Tuileries.
Page 455 - En voyant votre Paris, continue ce voyageur abstrait *, je m'imagine voir un grand animal ; les rues sont autant de veines où le peuple circule ; quelle vivacité que celle de la circulation de Paris ! — Vous voyez...
Page 470 - A mane fe maria le lendemain : & quelques mois s'écoulèrent fans que le Peintre parût. Enfin , il reporta le Tableau : notre jeune mari fut furpris en le voyant; vous me l'aviez bien promis...
Page 463 - ... le ménager; la nation aguerrie des femmes d'intrigue, la nation timide (mais il n'y en a presque plus de celles-là), la nation barbare des bellesmères, la nation fière des bourgeoises qualifiées, la nation errante des visiteuses régulières, la nation indomptable des prudes et des médisantes. » Ce sont ainsi des réflexions, des anecdotes, à la...
Page 470 - J'admire l'effet du temps sur les couleurs, et j'admire encore plus votre habileté. Cependant je ne puis m'empêcher de vous dire que ce visage est un peu trop gai, ces yeux un peu trop vifs : car enfin les feux de l'Hymen doivent paraître moins brillants que ceux de l'Amour ; ce sont des feux solides que les feux de l'Hymen (1).
Page 478 - Et on ne se cherche plus dans le mariage. On avance peu à la cour. On va loin avec les femmes. Et on ne revient guère du royaume de la Faculté (*). (a) II s'agit, bien entendu, do la Faculté de médecine.
Page 462 - Tuileries, on va respirer l'air au milieu d'un nuage de poussiere étouffante, qui fait qu'on n'y voit point ceux qui n'y vont que pour s'y montrer.