Les îles fantastiques de l'océan occidental au moyenâge: fragment inédit d'une histoire des îles de l'Afrique

Front Cover
Fain et Thunot, 1845 - Canary Islands - 31 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 8 - Irlande, racontera leurs frères les merveilles qu'ils avaient vues. — Tels sont les récits du onzième siècle. Ce n'était point encore assez de merveilles . et Sigebert de Gemblours, qui rédigea dans le siècle suivant la...
Page 7 - ... fin; ils la parcoururent sur un espace de quarante journées, sans lui trouver de limite, et atteignirent un grand fleuve qui coulait au milieu; un ange leur apparut alors pour leur dire qu'ils ne pouvaient aller au delà , et qu'ils devaient retourner dans leur patrie , emportant des fruits et des pierres précieuses de cette terre, réservée aux saints pour le temps où Dieu aura subjugué à la vraie foi toutes les nations de l'Univers. Saint Brandan et ses compagnons rentrèrent alors dans...
Page 17 - hasard qu'en l'année 1414 un navire d'Espagne » s'en approcha de très-près.» Et d'après le rapport, sans doute, du pilote de ce navire, les portulans rédigés depuis cette époque furent enrichis de l'île Antilia, que l'on voit en effet dessinée sur une carte conservée dans la bibliothèque grand-ducale de Weimar, et qui fut composée en 1424 par un cosmographe anconitain dont le nom est...
Page 19 - Europe par les récils de Marc Polo ; c'était la dernière terre connue de l'Orient, comme Antilia était la dernière terre connue (ou censée connue) de l'Occident : évaluer la distance de l'une à l'autre, c'était mesurer la route à faire pour achever le tour du monde : noble préoccupation de quelques esprits supérieurs de cette époque , à la...
Page 17 - Et d'après le rapport sans doute du pilote de ce navire, les portulans rédigés depuis cette époque furent enrichis de l'île Antilia, que l'on voit en effet dessinée sur une carte conservée dans la bibliothèque grand-ducale de Weimar, et qui fut composée en 1424 par un cosmographe anconitain dont le nom est effacé; puis sur la carte du génois Beccaria, datée de juillet 1435, et qui se conserve dans la bibliothèque de Parme; pareillement sur la carte du vénitien Andréa Bianco, publiée...
Page 3 - Du moins le peut-on croire à certains traits de ressemblance qu'on voit percer dans les légendes chrétiennes en circulation dès le onzième siècle chez les diverses nations de l'Europe , sur les navigations de quelques saints personnages à travers l'Océan occidental. Les voyages fantastiques de saint Brandan , rejetés avec raison par les Bollandistes de leurs Actes des saints...
Page 27 - fut un grand et savant philosophe, » assure que cette île était presque < aussi grande que l'Afrique; et il dit « que dans cette mer se voient de « grands heurtements des courants qui « passaient sur cette île sablonneuse, « a raison desquels sables la susdite « île s'est presque effondrée par la «volonté de Dieu; et cette mer est « appelée mer de Batture. » Sur la plupart des cartes anciennes que nous avons citées plus haut , l'île Antilia n'est point isolée; elle fait partie...
Page 8 - ... et quand ils l'eurent atteinte, saint Malo , qu'animait un zèle ardent pour la conversion des infidèles, se hâta de ressusciter un géant qui y était enterré, afin de l'instruire dans la vraie foi et de le baptiser sous le nom de Mildus, après quoi il le laissa mourir de nouveau. En recherchant quel est le canevas géographique sur lequel sont brodées ces légendes merveilleuses, on ne peut manquer d'être frappé de l'ordre où se succèdent constamment, en cette pérégrination septennale,...
Page 17 - ... en 1492, pour la ville de Nuremberg, par le cosmographe navigateur Martin de Beheim ; en voici la traduction littérale : « Quand on se reporte à l'année 734 « après la naissance du Christ , alors « que toute l'Espagne fut envahie par « les mécréants d'Afrique, alors aussi « l'île Antilia , nommée Septe Citade «(les Sept Cités), ci-dessus figurée, « fut peuplée par un archevêque de «Porto en Portugal, avec six autres « évêques , et d'autres chrétiens hom« mes et femmes...
Page 10 - ... puis elle disparut tout à fait de l'Océan occidental pour s'aller réfugier dans la mer des Indes, où nous la reverrons en compagnie de Cerné. Mais ses anciennes voisines d'occident ne purent croire à un si complet abandon ; elles supposèrent que l'île capricieuse se dérobait malicieusement à leur vue, mais qu'elle se laissait quelquefois entrevoir (*) comme la (*) Christophe Colomb , dans son journal (publié en i8a5 par le savant Navarrele), L'UNIVERS.

Bibliographic information