Les chaldéens jusqu'a la formation de l'empire de Nabuchodonosor: précédé de considérations sur un récent livre de Hugo Winckler

Front Cover
Lefever Frères et Sœur, 1889 - Arameans - 25 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 2 - Italiens.] sont tout à fait distincts du pays de Kaldu (Chaldée). C'est seulement à partir de Nabopolassar et de Nabuchodonosor qu'il est permis de regarder la Babylonie comme une partie de la Chaldée. Jusque-là, les Chaldéens habitent, au sud-est de la Babylonie, la plaine de l'Euphrate et la rive méridionale du Shat-el-Arab jusqu'au golfe Persique. Le rôle politique des Babyloniens et des Chaldéens nous apparaît aussi tout différent dans les inscriptions de Ninive. Les Babyloniens acceptent...
Page 12 - Oi.,pp.î87et28i). dernier retranchement de Mardukbaladan forcé et anéanti. Mais la nation chaldéenne était douée d'une vitalité remarquable : sans cesse abattue, elle se relevait toujours. Les princes qui la gouvernaient se montraient ardents et opiniâtres dans la poursuite de leurs projets. Nous ne savons par quelles intrigues Mardukbaladan parvint à ressaisir le pouvoir à Babylone ; mais il n'en est pas moins vrai qu'au commencement de son règne, Sennacherib, fils et successeur de Sargon,...
Page 12 - ... Babylone ; mais il n'en est pas moins vrai qu'au commencement de son règne, Sennacherib, fils et successeur de Sargon, fut obligé de venir l'en déloger encore une fois. Nous ne savons, disons-nous, par quelles intrigues Mardukbaladan s'était remis dans son ancienne position ; car nous ne saurions croire que, soit la première, soit la seconde fois, il ait imposé sa domination aux Babyloniens de vive force, puisque ni Sargon ni Sennacherib ne relèvent dans leurs inscriptions officielles...
Page 13 - Euplirate et de la région maritime manifestent une forte tendance à l'unité et un besoin irrésistible d'autonomie ; une seule fois les Babyloniens retomberont dans leur apathie, c'est sous Assarhaddon. Sennacherib ne prend point, comme ses prédécesseurs Sargon et Tuklatpalasar, le titre de roi des Soumirs et des Akkads, il se contente de la suzeraineté. Il est évident que les princes de la maison...
Page 18 - Nous verrons malgré cela que les dénominations de babylonien et de chaldéen ne deviennent pas identiques. Mais n'est-il pas permis de conclure de ces prémisses que la tribu des Ghaldéens, la plus vivace de celles qui habitaient les rives du bas Euphrate, a enfin réussi à satisfaire sa tendance séculaire, et qu'elle est devenue maîtresse de Babylone à la faveur des calamités qui accablèrent l'Assyrie sous son dernier roi ? Pour faire toucher du doigt la justesse de cette conclusion, qu'on...
Page 18 - ... d'Assurbanipal et sous son fils Assuredilili, lorsque Ninive eut assez à faire de se défendre elle-même contre les Scythes et les Mèdes ' . D'ailleurs le rôle que les Chaldéens vont jouer sous Nabuchodonosor répond exactement à l'idée que leurs ennemis, les rois d'Assyrie, nous ont donnée de leur caractère. Mais ce rôle n'était pas fait pour les Babyloniens que nous dépeignent les inscriptions de Sargon et de ses successeurs. Cela suffirait pour voir en eux deux races distinctes....
Page 8 - Mardukhaladan prenait le sceptre à Babylone où il devait régner une première fois pendant douze ans, en dépit de son rival. Mais par quelle suite d'événements Mardukbaladan, ce petit roi que nous avons laissé sur les bords de la mer humblement soumis au tribut que lui imposait Tuklatpalasar, est-il parvenu à une si haute fortune? Bien que les monuments originaux ne nous disent rien de positif à cet égard, la question peut se résoudre avec une probabilité suffisante. Le pays de Kaldu,...
Page 3 - ... mêlés à l'ancienne population, en forment désormais l'élément prépondérant. Du reste, les écrivains grecs donnent des renseignements plus véridiques qu'on ne se l'imagine sur la révolution qui transporta des bords du Tigre à ceux de l'Euphrate, le siège du grand empire mésopotamien, et sur le développement de la puissance chaldéenne à cette époque. La question que nous traitons a été dans ces dernières années [avant 1877] l'objet des recherches de plusieurs assyriologues....
Page 1 - LES CHALDÉENS JUSQU'A LA FORMATION DE L'EMPIRE DE NABUCHODONOSOR Notre but dans ce travail n'est pas de rechercher les affinités ethniques et les premières migrations des Ghaldéens, mais d'étudier l'origine et le développement de leur empire. Nous faisons surtout usage des données positives des documents originaux, et nous prenons en conséquence notre point de départ dans la grande inscription d'Assurnazirpal, roi d'Assyrie au ix c siècle avant notre ère, le plus ancien des textes cunéiformes...
Page 17 - Nous croyons avoir établi d'une inanièro évidente : 1 e que les Babyloniens et les Akkads sont distincts des Ghaldéens pendant les siècles que nous avons parcourus; 2° que les princes chaldéens, durant la même période, n'ont cessé de travailler à ruiner la puissance de Ninive dans les régions ouphratiques et qu'ils ont trahi plus d'une fois le dessein de s'établir à Babylone. Or, à la fin du vu...

Bibliographic information