Les enceintes romaines de la Gaule: étude sur l'origine d'un grand nombre de villes françaises

Front Cover
E. Leroux, 1907 - Cities and towns - 356 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 407 - The borrower must return this item on or before thé last date stamped below. If another user places a recall for this item, thé borrower will be notified of thé need for an earlier return.
Page 312 - Aedificia ipsa templorum, quae in civitatibus vel oppidis vel extra oppida sunt, ad usum publicum vindicentur. Arae locis omnibus destruantur omniaque templa in possessionibus nostris ad usus adcommodos transferantur; domini destruere cogantur. Non liceat omnino in honorem sacrilegi ritus funestioribus locis exercere convivia vel quicquam sollemnitatis agitare.
Page i - L'enceinte romaine a donc bien déterminé les conditions d'existence des villes françaises pendant huit siècles au moins ; elle a étouffé des générations qui ne pensaient qu'à l'ennemi du dehors et ignoraient les ennemis invisibles, tapis dans la maison malsaine, que la médecine moderne nous a révélés. Près du mur, sur le temple païen, l'église chrétienne se dressa; dans le...
Page 303 - les « villes, chefs-lieux de cités, qui avoisinaient Paris, furent toutes « fortifiées au temps des empereurs de la tétrarchie : Beauvais, « Senlis, Meaux, Sens
Page 262 - Ces tours s'élèvent sur un massif plein et ne sont évidées qu'à la hauteur du premier étage, qui était percé d'une ouverture centrale et de deux latérales (Le Mans; Fréjus; Senlis; PI.
Page 77 - , nous dit : « que c'est une petite ville, formée par une île peu considérable que la muraille environne tout entière, d'une ceinture et à laquelle conduisent des ponts de bois sur les deux côtés
Page 318 - ... les invasions ou même restés debout à l'extérieur, dans le voisinage où ils pourraient servir à abriter des assiégeants, seront renversés et transportés sur le tracé des remparts à établir. » Là, sous la protection des divinités auxquelles les remparts, choses saintes, sont consacrés, les pierres des autels et des tombeaux, choses religieuses, seront placées soigneusement à la base du mur à construire, les unes sur les autres, sans ciment, de manière à ne pas endommager les...
Page 101 - Les amphithéâtres et les villae ruinées servirent de carrières; les arcs de triomphe, élevés au temps de la pax romana, furent encastrés dans la muraille (3). En 1848, en démolissant les vieux remparts près de la Porte de Mars, on trouva des fragments de cippes avec inscriptions, des chapiteaux, des morceaux de frises et autres débris antiques, qui servaient de fondation à une tour (4). Cette muraille n'entourait pas toute la superficie occupée par la cité au Haut-Empire. On ne s'attacha...
Page 275 - les ingénieurs romains plaçaient les ponts en les faisant aboutir non pas normalement au centre de la muraille, mais à un coin et à une tour d'angle, c'est-à-dire à un des points de l'enceinte les plus fortifiés (i) ». Bien que très logique (2), cette conclusion me paraît prématurée.
Page 10 - Sanctae quoque res, veluti mûri et portae, quodammodo divini iuris sunt et ideo nullius in bonis sunt. ideo autem muros sanctos dicimus, quia poena capitis constituta sit in eos, qui aliquid in muros deliquerint.

Bibliographic information