Les monnaies royales de France sous la race Carolingienne, Volume 2

Front Cover
Fischbach, 1883 - Coins, French - 364 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 332 - L'attribution que nous avons faite à Louis de Germanie, à Charles le Simple et à Henri l'Oiseleur des deniers cités précédemment, comble une partie de ce vide ; mais de nouvelles variétés de ces monnaies nous amènent à discuter le monnayage de cette époque à l'aide d'éléments qui avaient manqué à mes prédécesseurs; et je crois, pour plus de clarté, devoir procéder en prenant pour base la chronologie épisco(1) Schœpflin, Aïs.
Page 303 - Chàteaubleau conviendrait sans doute mieux que celle de Blaye à un atelier monétaire de Raoul. Ce village qui compte actuellement deux cents habitants , a été au moyen âge une dépendance de la commanderie d'Hospitaliers établie à la Croix-en-Brie ; et c'est peut-être à quelque château des Templiers qu'il doit son nom. Il faut dire cependant que dans son territoire on a recueilli un grand nombre de débris antiques gaulois et gallo-romains; débris qui ont été le sujet de quelques notes...
Page 334 - Avant cette retraite, Eberhard aurait pu, à la faveur des troubles causés par les incursions des Hongrois, inscrire son nom sur la monnaie de son église, qu'il faisait fabriquer sede vacante. L'objection la plus forte qu'on puisse faire serait fondée sur la forme du nom ; je ne saurais, en effet, citer d'exemples de la variante Ueberhard; cependant je suis très porté à croire à l'existence de celte forme lorsque je vois sur les monnaies émises au xi...
Page 350 - Conrad , dans ses. chartes , prenait le titre de roi des Provences, c'est-à-dire, des deux gouvernements généraux, compris dans le royaume d'Arles, dont l'un était celui du Lyonnais et du Viennois , au nord de l'Isère , et l'autre , celui de Provence. RODOLFE 111 , DIT LE FAINÉANT.
Page 302 - ... nom de lieu qui jusqu'à présent ne figurait pas dans les listes numismatiques. Du monogramme composé des caractères RODLFS, disposés en croix, et de la formule GRATIA Dl REX qui l'entoure, il n'ya rien de nouveau à dire. Mais, sur la face qui a pour type une croix, on voit la légende + B1AVVS CASH qui réclame quelque attention. Commençons par en bien établir la lecture. Le seul élément qui pourrait paraître douteux, c'est le second caractère tracé comme un T retourné. Bien qu'il...
Page 303 - On doit admettre une forme intermédiaire Blaun (prononcée comme Laon), et croire que l'addition du G s'est produite à une époque où l'on en était arrivé à ignorer complètement l'origine du nom.
Page 220 - Bâle, et cette cité appartenait à Lothaire avant d'échoir à Louis le Germanique. 4° Enfin la légende qui entoure le monogramme étant complètement barbare, il est assez probable que celle qui entoure la croix l'est aussi. Il faut pour se décider attendre des monuments plus corrects » (1). Lorsqu'on remarque sur des deniers carloviugiens NANDONS pour Nandonis, AVALONS pour Avalonis, on peut bien se croire autorisé à penser que BRVDONS représente Brudonis.
Page 320 - Gatinois, le Chartrain, le Blaisois, le Perche, la Touraine, l'Anjou, le Maine, les terres de la Sologne au sud de la Loire, le Beauvaisis et une partie de l'Amiénois. Robert le Fort qui était, selon les Bénédictins, arrière-petit-fils de Childebrand , frère de Charles Martel , reçut de Charles le Chauve, en 861 , le duché et marquisat de France.
Page 169 - Frisiones exorta fuit: ibi volumus ut quadraginta denariorum quantitatem solidus habeat, quem vel Saxo vel Frisio ad partem Salici Franci cum eo litigantis solvere debet.
Page 285 - Eudes, portaient dans le champ les mots (Qil)QlRX arrangés en croix. Sur les monnaies que, suivant mon opinion, l'on continua à frapper bien longtemps après la mort d'Eudes, le monogramme, qui n'avait plus alors de signification, fut graduellement altéré, et les lettres qui le formaient ne furent plus bientôt que des croisettes, dont l'X et les 0 cruciformes avaient fourni les éléments. Les quatre croisettes furent adoptées à Bordeaux, par Guillaume X; à Turenne, par le vicomte Raimond,...

Bibliographic information