Les Musées d'Angleterre, de Belgique et de Hollande et de Russie: Guide et memento de l'artiste et du voyageur

Front Cover
Paulin et Le Chevalier, 1852 - Art museums - 352 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 92 - Cher ami, si mon père un jour désabusé Plaint le malheur d'un fils faussement accusé, Pour apaiser mon sang et mon ombre plaintive, Dis-lui qu'avec douceur il traite sa captive Qu'il lui rende ... A ce mot ce héros expiré N'a laissé dans mes bras qu'un corps défiguré, Triste objet, où des dieux triomphe la colère, Et que méconnaîtrait l'œil même de son père.
Page 91 - Brisant des potentats la couronne éphémère , Trois mille ans ont passé sur la cendre d'Homère ; Et depuis trois mille ans Homère respecté Est jeune encor de gloire et d'immortalité...
Page 321 - Ceux qui fopt ces pertes s'en consolent en quelque façon par k facilité qu'ils ont de trouver des maisons neuves, toutes bâties, au marché destiné pour cela hors de la muraille blanche , où l'on achète pour fort peu de chose une maison entière, que l'on fait démonter, transporter et rebâtir en fort peu de temps au lieu où était la première.
Page 99 - L'une est le labyrinthe, formé par des haies disposées de telle sorte que, si l'on n'a un guide ou un plan à la main, il est à peu près impossible, une fois entré, de trouver une issue à ce dédale inextricable. La longueur totale des circuits est d'un demimille (?), bien que la superficie du labyrinthe ne soit que de 10 ares. L'autre curiosité est la fameuse treille, longue de 34 met.
Page 138 - Alentour règne une frise composée de quatorze bas-reliefs grossiers, représentant des légendes. Au milieu se trouve le tombeau, ou plutôt la châsse du Confesseur, autre massif plus petit, qui renferme ses cendres recueillies dans une caisse en bois. Ce massif, presque nu maintenant et tout dégradé, porte encore quelques vestiges d'une riche mosaïque d'émaux et de métaux précieux dont il était entièrement revêtu. On en estimait le travail, et la matière valait, dit-on, cinquante mille...
Page 312 - Russie, où les nobles seuls ont le privilége de l'éducation de même que celui de la fortune, où seuls ils forment leur goût par...
Page 144 - Devant les effigies des rois et des politiques, on n'éprouve qu'une curiosité froide ; mais au milieu de cette académie funéraire et silencieuse , parmi ces hommes dont le souvenir est toujours vivant, dont on peut même évoquer la présence, et qui parlent encore dans leurs ouvrages, le cœur s'échauffe ainsi que la pensée, et l'on se croit en présence de leur assemblée imposante, on se croit sous le regard de ces maîtres incontestés, qu'on admire, qu'on ré188 189 vère et qu'on aime.
Page 87 - J'ai vu trois fois les sauterelles détruites sur le mont Sipyle, et toujours d'une manière différente : les unes furent emportées par un violent coup de vent ; les autres furent détruites par une pluie suivie d'une chaleur excessive ; la troisième fois, elles périrent saisies d'un froid subit. Tout cela est arrivé de mon temps.
Page 76 - Le temple de Thésée est voisin de ce gymnase. On y voit peints, d'abord le combat des Athéniens contre les Amazones, combat représenté aussi sur le bouclier de Minerve et sur le piédestal de la statue de Jupiter Olympien ; puis, la bataille des Centaures et des Lapithes : Thésée a déjà tué un Centaure ; discours ou converser. Le quatrième portique, du cold sud, était double et contenait, au centre : 1...
Page 52 - Parthes, l'étendard portant le Férouher, des prisonniers conduits les mains liées, des morts dévorés par les aigles ou les vautours. Dans les autres, la ville assiégée est d'habitude entourée d'eau ; elle a deux ou trois étages de murailles bastionnées, et c'est avec des tours roulantes ou des machines à bélier qu'on l'attaque, tandis que les assiégés jettent des feux sur l'ennemi, et s'efforcent d'amortir avec des chaînes les coups du bélier. A la prise d'une ville, on voit des femmes...

Bibliographic information