Les musées de province, Volume 2

Front Cover
Jules Renouard, 1864 - Art - 763 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 23 - ... ouvrages de J. Dubois ont souffert de l'ouragan révolutionnaire, qui les a partie détruits, partie déplacés de la niche ou du piédestal pour lesquels ils avaient été faits. « On allait voir à Saint-Etienne, disent les Essais historiques et biographiques sur Dijon, les statues de Saint Etienne et de Saint Médard; à la Sainte-Chapelle, celles de Saint André et de Saint Yves ; aux Jacobins, celles de Saint Thomas et de la Sainte Vierge; à Saint-Jean, le groupe de la Résurrection, etc.,...
Page 147 - ... la Marquise de Forbin prétend le livret. Elle se présente de face, les mains croisées sur la poitrine, la tête couverte d'une capeline noire pareille à la robe sur laquelle retombe un grand col à deux pointes, blanc ainsi que les manches de sa robe. Ce n'est pas l'attrait qui distingue cette figure, mais la façon franche, austère et un peu brutale dont elle est rendue. L'artiste n'a pas tenté d'esquiver les difficultés : il s'est mis en présence de son modèle, et l'a peint tel qu'il...
Page 39 - Tertullien * , parce qu'il nous montre encore quelque forme humaine, ne lui demeure pas longtemps: il devient un je ne sais quoi, qui n'a plus de nom dans aucune langue; tant il est vrai que tout meurt en lui, jusqu'à ces termes funèbres par lesquels on exprimait ses malheureux restes.
Page 23 - Bourgogne en 1688, racontent les biographes, proposa à Dubois un voyage à Paris, pour y travailler au buste du chancelier Boucherai, son beau-père. Dubois l'exécuta, et son ouvrage fit l'admiration de la capitale. Le chancelier voulut retenir cet artiste à Paris, mais Dubois s'en défendit honnêtement et...
Page 261 - Louvre, M. de Fieubet, trésorier de l'épargne, employa M. le Sueur pour les peintures d'une maison de la rue des Lions, proche l'Arsenal. L'histoire de Tobie est traitée tant dans le plafond d'une salle que dans des bas-reliefs feints de bronze rehaussés d'or et accompagnés de plusieurs ornements. Le tableau du dessus de cheminée représente aussi Tobie qui, en présence de sa femme Sara, fille de Raguel, met sur des charbons ardents le foie du poisson qu'il a tué sur le rivage du fleuve Tigris,...
Page 189 - ... la femme hâve et décharnée que Caravage avait dessinée expirant dans la prière. Une première Magdelaine avouée par Finsonius « Ludovicus Finsonius fecit anno 1613 » est entrée par une alliance dans la maison Ravanas. Une autre non signée et également attribuée à mon Brugeois se voit au musée de Marseille. Toutes deux ne sont positivement ni un Finsonius ni un Caravage. Finsonius n'avait point sous les yeux la toile du maître; il chercha dans sa mémoire la pose et les vêtements...
Page 147 - C'est un portrait grand comme nature et vu à mi corps d'une vieille, la Marquise de Forbin prétend le livret. Elle se présente de face, les mains croisées sur la poitrine, la tête couverte d'une capeline noire pareille à la robe sur laquelle retombe un grand col à deux pointes, blanc ainsi que les manches de sa robe. Ce n'est pas l'attrait qui distingue cette figure, mais la façon franche, austère et un peu brutale dont elle est rendue. L'artiste n'a pas tenté d'esquiver les difficultés...
Page 148 - Je la comparerais à celle de Philippe de Champaigne dans ses portraits jansénistes, avec la vigueur de touche en plus. C'est donc un portrait fort remarquable et qui reste gravé dans la mémoire. » Voilà pour l'intérêt artistique. Voici où l'intérêt historique commence. Le tableau porte en haut, à droite, , la signature suivante : Mf.
Page 11 - ... personnes dudict duc et de la « duchesse , sa femme , selon le pourtraict qui « lui en sera baillé. Plus à la teste d'une cha« cune desdictes ymaiges y aurait deux anges « qui tiendront , savoir : ceux qui seront au...
Page 147 - N'ayant pas vu ce portrait, je me suis adressé à M. Clément de Ris, qui a bien voulu détacher cet extrait du second volume de ses Musées de province, sous presse : t Voici une véritable œuvre d'art, un tableau que le Louvre serait jaloux de posséder et qui réunit l'intérêt historique à l'intérêt artistique. C'est un portrait grand comme nature et vu à mi corps d'une vieille, la Marquise de Forbin prétend le livret.

Bibliographic information