Les odes d'Anacreon et de Sapho en vers françois par le Poëte sans fard [pseud.]

Front Cover
Chez Fritsch et Böhm, 1712 - French poetry - 354 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page xliv - L'apparence du mal a chez eux peu d'appui. Et leur âme est portée à juger bien d'autrui. Point de cabale en eux, point d'intrigues à suivre; On les voit, pour tous soins, se mêler de bien vivre.
Page lix - Bientôt ils vous diront que les plus saintes lois, Maîtresses du vil peuple, obéissent aux rois; Qu'un roi n'a d'autre frein que sa volonté même...
Page xliv - Ces gens, dis-je, qu'on voit, d'une ardeur non commune. Par le chemin du ciel courir à leur fortune; Qui, brûlants et priants, demandent chaque jour, Et prêchent la retraite au milieu de la cour, Qui savent ajuster leur zèle avec leurs vices, Sont prompts, vindicatifs, sans foi, pleins d'artifices.
Page xcv - TE la queftion de la prééminence entre les Anciens & les Modernes étant une fois bien entendue, fe réduit à favoir. fi les arbres qui étoient autrefois dans nos campagnes étoient plus grands que ceux d'aujourd'hui. En cas qu'ils...
Page lxxxii - Oui, monsieur, que l'ignorance rabaisse tant qu'elle voudra l'éloquence et la poésie, et traite les habiles écrivains de gens inutiles dans les Etats : nous ne craindrons point de le dire à l'avantage des lettres et de ce corps fameux dont vous faites maintenant partie, du moment que des esprits sublimes, passant de bien loin les bornes communes, se distinguent, s'immortalisent par des chefs-d'œuvre, comme ceux de...
Page xciii - On veut qu'ils soient intelligibles, on veut qu'ils soient justes, on veut qu'ils concluent. On aura la malignité de démêler la moindre équivoque, ou d'idées, ou de mots ; on aura la dureté de condamner la chose du monde la plus ingénieuse, si elle ne va pas au fait. Avant M. Descartes on raisonnait plus commodément ; les siècles passés sont bien heureux de n'avoir pas eu cet homme-là.
Page xcix - L'éloquence et la poésie ne demandent qu'un certain nombre de vues assez borné par rapport à d'autres arts, et elles dépendent principalement de la vivacité de l'imagination. Or les hommes peuvent avoir amassé en peu de siècles un petit nombre de vues; et la vivacité de l'imagination n'a pas besoin d'une longue suite d'expériences, ni d'une grande quantité de règles, pour avoir toute la perfection dont elle est capable.
Page lxii - ODE. VERITE' qui jamais ne changes , Et dont les traits toujours chéris , Seuls aux plus pompeufes louanges Donnent leur véritable...
Page lix - Maîtrefles du vil peuple , obéiflent aux Rois ; Qu'un Roi n'a d'autre frein que fa volonté même ; Qu'il doit immoler tout à fa grandeur fuprême ; Qu'aux larmes , au travail le peuple eft condamné, Et d'un fceptre de fer veut être gouverné ; Que s'il n'eft opprimé , tôt ou tard il opprime.
Page cvi - ... pour leurs grands noms , n'avoir aucune indulgence pour leurs fautes, les traiter enfin comme des modernes. Il faut être capable de dire ou d'entendre dire , sans adoucissement , qu'il ya une impertinence dans Homère ou dans Pindare ; il faut avoir la hardiesse de croire que des yeux mortels peuvent apercevoir des défauts dans ces grands génies ; il faut pouvoir digérer que l'on compare Démosthène et Cicéron à un homme qui aura un nom français , et peut-être bas : grand et prodigieux...

Bibliographic information