Les oeuvres de Mr. Dancourt, contenant les nouvelles pieces de theatre qui se jouent à Paris: Ornées de danses & de musique...

Front Cover
E. Foulque, 1706
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 9 - Ne verrai-je jamais les femmes détrompées De ces colifichets, de ces fades poupées, Qui n'ont, pour imposer, qu'un grand air débraillé, Un nez de tous côtés de tabac barbouillé, Une lèvre qu'on mord pour rendre plus vermeille ' , Un chapeau chiffonné qui tombe sur l'oreille, Une longue steinkerque...
Page 90 - J'y consens. Acceptez pour époux un joueur, Qui, pour porter au jeu son tribut volontaire, Vous laissera manquer même du nécessaire, Toujours triste ou fougueux, pestant contre le jeu, Ou d'avoir perdu trop, ou bien gagné trop peu. Quel charme qu'un époux qui, flattant sa manie, Fait vingt mauvais marchés tous les jours de sa vie ; Prend pour argent comptant, d'un usurier fripon, Des singes, des pavés, un chantier, du charbon ; Qu'on voit à chaque instant prêt à faire querelle Aux bijoux...
Page 1 - LA SALINE, MARINE. MARINE. DE l'amour tant qu'il vous plaira, M. de la Saline; mais point de badinage. LA SALINE. Ta main ? du moins. MARINE. Pas seulement le bout du doigt.
Page 9 - ... n'ont, pour imposer, qu'un grand air débraillé, Un nez de tous côtés de tabac barbouillé , Une lèvre qu'on mord pour rendre plus vermeille , Un chapeau chiffonné qui tombe sur l'oreille, Une longue steinkerque à replis tortueux, Un...
Page 11 - Monfieur. LEANDRE. Ah ! Monfieur le fripon , vous me payerez du moins de vos deux oreilles le Diamant que vous me volâtes. LA SALINE. Comment Diable ! un Diamant ? BRIGANTIN. Ah ! Monfieur, je vous demande pardon.
Page 7 - LA SALINE. Mais je ne le portai 'pas loin. La Mer, l'avare Mer a tout englouti ; & je n'ai fauve du naufrage , que mes fcrupules , 8c mon intégrité.
Page 6 - De ma rotondité j'ern pli rois le dedans ; 11 n'en que ce métier pour brufquer la fortune, Et tel change de meuble & d'habit chaque Lune > Qui Jafmin autrefois d'un drap du feau couvert , Bornoit fa garde-robeàfonjuftau corps vert.
Page 28 - J'entre dans tout cela à merveille ; mais je ne vois pas par où en fortir. BENJAMINE. Mais quelque dureté que mon pere aflecte , crois-tu qu'au fond il ne conferve pas encore aflez de tendrefle ? .... MARINE.
Page 2 - ... foins , périls, dépenfes, rien ne nous coûte. Vous nous aimez enfin : il y en auroit qui s'en tiendroient-là ; mais nous fommes honaêtes gens, nous voulons époufer, MARINE.
Page 3 - A quoy bon tout ce détail? LA SALINE Je veux dégoûter le Pirate du mariage que nous craignons. Je prétens profiter de la banqueroute, pour retirer de nôtre Juif les pierreries que nous luy avons engagées.

Bibliographic information