Les origines de la ville de Caen: Revûës, corrigées, & augmentées

Front Cover
Maurry, 1706 - Caen (France) - 442 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

ZVicolas Michel Sieur des Prez 348
348
o Nicolas Robert de Pellevé 35o 31 Robert de la Menardiere
350
Guillaume jean Goſſelin 35o Pierre Gondouin 35I 34 Robert Conſtantin 35I
351
fean Nicolas Guillaume Hercules Vauque dim 354
354
Robert Angot 357
357
fean Pierre Bertaudfreres Le Sr de Freanville c la Dame de Motteville enfans de Pierre 359
359
Le Sieur de la Renaudiere 36I 4o fean de Tourneroche
362
Pierre Heurtaud 363
364
f le Févre 367
367
Adrien de Roquigny
368
François de CauvignySieur de Colomby jacques de Cauvigny
370
Les Du Viquet pere fils 37 o 49 Claude George Fournier pere fils 37 o 5o feanFrançois Sarraſin 37I 51 Philippes le SueurSieur de Petiville 371
371
fean de Bernieres fourdaine ſa ſœur 372
372
5 Gillonne Huet 374
374
jeanLouis le Bourgeois Sieur de Trop
379
Auguſtin le Haguaiº 38o 62 fean facquet Sieur de Sainte Honorine 38o 6 Guillaume Pelletier jeſuite 381
381
facques Savary
382
André Câtillon feſuite 334
384
facques le Paumier Sieur de Grentemeſnil fulien lº Paumier ſon pere facques le Paumier Sieur de Vandeuvre petitfils de fulien
386
Bernard Chancerel
388
Tenneguy le Fevre 389
389
jean le Miere Sieur de Baſly 39oº 73 Pierre de Blanchecappe 39o 74 Pierre le Pelletier 39I 75 jacques Moiſant Sieur de Brieux 392
392
Antoine Henry Pierre Halley 393
393
Antoine le Petit Louis François ſes freres Adrien ſon neveu 395
395
Guillaume le Roy ſes cinqfreres 396
396
3o Gilles le Hays Sieur de la Foſſe 397
397
jacques Bertot 398
398
Alain dAuge 4ooº 84 Laurence Gigaut de Bellefont 4oº
400
Pº noms Gaulois ſont échapeK à linvaſion des Saxons 3II
i
Etats de Normandie 1j3
viii
La Hogue La Hougue Ketehou Tatihou Hoc
xi

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 407 - D'abord celui de Huet, le parrain de l'ouvrage : « Je l'ai vue souvent occupée à ce travail, et elle me le communiqua tout entier, pièce à pièce, avant que de le rendre public, et comme ce fut pour cet ouvrage que je composai le traité de l'Origine des romans, qui fut mis à la tête, elle me disait souvent que nous avions marié nos enfants ensemble2. » Mme de Lafayelte elle-même confirme ce témoignage : « Je vous envoie le 3
Page 364 - ... fions relevées. Ce qui vérifie ce » que j'ai avancé ailleurs , & ce que » j'ai trouvé depuis confirmé par...
Page 383 - Se. n'en avoit guère davantage quand il mourut : ce n'eft pas toujours avec de l'efprit & de la probité , qu'on fait fortune à la Cour.
Page 392 - ... poésies. Huet, dans ses Origines de Caen, se félicite ainsi de l'avoir eu pour maître : « Je suis obligé de rendre ce témoignage de ma reconnaissance à M. Halley, que j'estime un des plus grands bonheurs de ma vie d'avoir été son disciple domestique pendant cinq ans. Il m'a formé l'esprit, il m'a raffiné le goût, il m'a donné l'intelligence des bons auteurs. Il m'a appris une infinité de choses rares et curieuses. » Halley, de son côté, ne professa pas moins d'estime pour Huet,...
Page 357 - Œuvres poétiques ont été imprimées en 1610, in-8°. 11 a laiffé auffi une traduction de quelques livres de S. Ambroife , des Traités imparfaits de controverfe , des Sermons fur les principales fêtes de l'année , & une Oraifon funèbre de Henri IV.
Page 171 - Segrais, M. Foucault, Intendant de la Généralité de Caen, désirant faire revivre le goust et l'amour des Lettres dans la principale ville de son département, où elles ont autrefois si glorieusement fleuri, employa son crédit pour le rétablissement de cette Académie, et la fit ériger en compagnie réglée par des Lettres Patentes, données au mois de Janvier de l'année 1705. » L'Académie royale des Belles-Lettres de Caen...
Page 407 - ... qu'il décrit , & qui ne font connus que par ceux qui les habitent , ayent fait perdre à cet ouvrage une partie des applaudillèmens qu'il meritoit.
Page 362 - ... avec le P. Martin le prouve surabondamment) à s'enquérir des plus menus détails relatifs à la vie et aux œuvres des » illustres Caennais » dont il se proposait de parler dans son livre des Origines de Caen, n'est pas plus heureux que Racan dans sa Vie de Malherbe. * Malherbe, nous dit-il (2), alla à Paris étant encore jeune. Il y fut particulièrement obligé par le chagrin qu'il eut du changement de religion que fit son père dans les dernières années de sa vie.
Page 362 - ... a eu un précepteur en la maison. > Si nous en croyons Daniel Huet, l'éducation de Malherbe fut dirigée vers un but spécial, celui de continuer la charge paternelle de conseiller du Roi au siège présidial de Caen : « Son père,, qui lui destinait sa charge, le fit étudier dans l'université de Caen où il eut le bonheur d'avoir Rouxel pour maître dans l'étude de l'éloquence (2).

Bibliographic information