Lettres choisies de feu m.r Guy Patin ...: Dans lesquelles sont contenuës plusieurs particularités historiques, sur la vie & la mort des scavans de ce siècle, sur leurs ecrits & plusieurs autres choses curieuses depuis l'an 1645. jusqu'en 1672. Augmentées de plus de 300. lettres dans cette dernière edition; et divisées en trois volumes ...

Front Cover
Chez Jean Petit, 1692 - France
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 566 - On dit que, si M. Colbert vient à mourir, il faut dire adieu à toutes les manufactures qu'il a fait établir en France, tant pour les tapisseries et bas de soie que pour ceux...
Page 10 - Guénaut, Valot, Brayer et Des Fougerais. « Ils alterquoient ensemble, dit leur confrère Guy Patin, et ne s'accordoient pas de l'espèce de la maladie dont le malade mouroit. Brayer dit que la rate est gâtée, Guénaut dit que c'est le foie, Valot dit que c'est le poumon et qu'il a de l'eau dans la poitrine ; Des Fougerais dit que c'est un abcès du mésentère... Ne voilà pas des habiles gens? » Guénaut eut le dessus, et emporta le malade. On raconte qu'étant un jour engagé dans un embarras...
Page 463 - S'il y en a plusieurs autres qui n'y sont pas admis,- c'est qu'il n'a pas plu au Saint-Esprit ni au roi. Plusieurs se plaignent, etles médecins aussi, vu qu'il n'ya ni malades ni argent. Il n'ya plus que les comédiens qui gagnent au Tartufe de Molière ; grand monde y va souvent, il ne s'en faut pas étonner, rien ne ressemble tant à la vie humaine que la comédie.
Page 138 - Je me souviens tous les jours de » leur vertu , et suis bien aise d'avoir vu l'innocence de leur vie qui » était admirable. On ne vit pas comme cela dans les villes , et parti
Page 517 - Ш, p. 737). Ecrire l'histoire n'est pas seulement difficile, mais périlleux ! 122. Sur les efforts de Dupleix vers la critique historique, cf. les indications fournies par Bourgeois et André (op. cit., t. I, n
Page 153 - petites universités »ne renvoyaient personne. Si le candidat, trop ignorant, ne pouvait acheter son parchemin dans l'une, il allait dans l'autre; sans compter que les faux diplômes ne manquaient pas et, « si l'on ne trouve remède à cet abus, écrivait Gui Patin, il sera plus grand nombre de médecins en France qu'il n'ya de pommes en Normandie ou de frati en Italie et en Espagne. » En fait, il existait, dans les villes de quelque importance, des « collèges de médecins, » corporations...
Page 422 - Falconet 132, que nous mettrons au compte de l'antimonachisme du médecin humaniste : « Nous avons ici un honnête homme qui travaille à un autre ouvrage fort différent : c'est la vie du bon Érasme, qui a été un grand et excellent personnage, qui mourut à Baie l'an 1536, le 12 juillet. Il a eu le malheur de ne pas plaire aux moines '" ; mais cela lui est si commun avec tant d'honnêtes gens, que je ne conseille à personne de s'en affliger, là cinérem ttut mânes créais curare sepultos.
Page 5 - Coll. Petitot, 2« série, t. 40, p. 145. On lit dans les Lettres de Guy-Patin , 7 mars 1661 : « II court un bruit que je tiens faux, que l'on a découvert que le cardinal Mazarin est mort empoisonné ; ôtés les petits grains d'opium et un peu de vin émétique que l'on peut lui avoir donnés , ses veilles perpétuelles , sa tumeur œdémateuse, ses faiblesses inopinées , ses suffocations nocturnes, son dégoût universel et la perte d'appétit, en voilà plus qu'il...
Page 280 - On a joué depuis peu à Versailles une comédie des médecins de la Cour, où ils ont été traités de ridicules devant le roi qui en a bien ri. On y met en premier chef les cinq premiers médecins et, par-dessus le marché, notre maître Ëlie Béda, autrement le sieur Des Fougerais, qui est un grand homme de probité et fort digne de louanges, si l'on en croit ce qu'il en voudrait persuader...
Page 235 - On dit queM.Colbert la veut avoir; s'il en a tant envie, je crois bien qu'il l'aura, car il est un des grands maîtres et a bien de quoi les payer, c'est-à-dire beaucoup d'argent, gtuecunque voltiit fecit.

Bibliographic information