Mémoires de la Société académique d'agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l'Aube, Volume 12; Volume 39

Front Cover
Dufour-Bouquot, 1875 - Aube (France)
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 454 - C'est une chose qui n'est pas aisée à représenter, et qui ne sera jamais imitée ; c'est un rapport de la musique, des vers, des chants, des personnes, si parfait et si complet qu'on n'y souhaite rien. Les filles qui font des rois et des personnages sont faites exprès. On est attentif, et on n'a point d'autre peine que celle de voir finir une si aimable pièce. Tout y est simple, tout y est innocent, tout y est sublime et touchant.
Page 454 - J'en fus charmée, .et le maréchal aussi, qui sortit de sa place, pour aller dire au roi combien il était content et qu'il était auprès d'une dame qui était bien digne d'avoir vu Esther. Le Roi vint vers nos places et après avoir tourné, il s'adressa à moi et me dit : « Madame, je suis assuré que vous avez été contente...
Page 454 - Je lui dis : Sire, il en a beaucoup; mais en vérité ces jeunes personnes en ont beaucoup aussi : elles entrent dans le sujet, comme si elles n'avaient jamais fait autre chose.
Page 454 - ... n'a point d'autre peine que celle de voir finir une si aimable pièce ; tout y est simple, tout y est innocent, tout y est sublime et touchant. Cette fidélité de l'histoire sainte donne du respect ; tous les chants convenables aux paroles qui sont tirées des psaumes ou de la Sagesse, et mis dans le sujet, sont d'une beauté qu'on ne soutient pas sans larmes : la mesure de l'approbation qu'on donne à cette pièce, c'est celle du goût et de l'attention.
Page 454 - Je ne puis vous dire l'excès de l'agrément de cette pièce : c'est une chose qui n'est pas aisée à représenter et qui ne sera jamais imitée ; c'est un rapport de la musique, des vers, des chants, des personnes, si parfait et si complet, qu'on n'y souhaite rien...
Page 456 - Nous peint sous des noms empruntés Les plus illustres personnages Qu'Apollon ait jamais chantés. Sous le nom d'Aman le cruel Louvois est peint au naturel, Et de...
Page 449 - LA PIÉTÉ. Du séjour bienheureux de la Divinité Je descends dans ce lieu ' par la Grâce habité : L'Innocence s'y plaît, ma compagne éternelle, Et n'a point sous les cieux d'asile plus fidèle. Ici , loin du tumulte , aux devoirs les plus saints Tout un peuple naissant est formé par mes mains : Je nourris dans son cœur la semence féconde Des vertus dont il doit sanctifier le monde. Un roi...
Page 338 - II est fait tout de mfme; il vient le nez au vent, Les pieds en parenthèse et l'épaule en avant; Sa perruque, qui suit le côté qu'il avance, Plus pleine de lauriers qu'un jambon de Mayence; Les mains sur les côtés, d'un air peu négligé; La tête sur le dos, comme un mulet chargé ; Les yeux fort égarés; puis, débitant ses rôles, D'un hoquet éternel sépare ses paroles; Et lorsque l'on lui dit : « Et commandez ici, » II répond : « Connoissez-vous César, de lui parler ainsi?
Page 456 - Vasthy la décadence Nous retrace un portrait vivant De ce qu'a vu la cour de France A la chute de Montespan. La persécution des Juifs De nos huguenots fugitifs Est une vive ressemblance ; Et l'Esther qui règne aujourd'hui Descend des rois ' dont la puissance Fut leur asile et leur appui. Pourquoi donc, comme Assuérus, Notre roi, comblé de vertus, N'at-il pas calmé sa colère?
Page 224 - ... flumina te cingunt florentibus undique ripis, retia piscator qua sua tendit ovans. pomiferis redolent ramis tua claustra per hortos, lilia cum rosulis Candida mixta rubris. omne genus volucrum matutinas personal odas, atque creatorem laudat in ore deum.

Bibliographic information