Mémoires de tous: collection de souvenirs contemporains tendant a établir la verité dans l'histoire, Volume 2

Couverture
A. Levavasseur, 1834
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 128 - SIRE, La lâcheté de votre frère a tout perdu. Il ne pouvait paraître à la côte que pour tout perdre ou tout sauver. Son retour en Angleterre a décidé de notre sort : sous peu, il ne me restera plus qu'à périr inutilement pour votre service.
Page 364 - ... des soins depuis quelques jours. Les susdits commissaires nous ont déclaré que cet enfant était décédé la veille , vers trois heures de relevée ; sur quoi nous avons cherché à vérifier les signes de la...
Page 230 - L'attentat dont le but sera, soit d'exciter la guerre civile en armant ou en portant les citoyens ou habitants à s'armer les uns contre les autres, soit de porter la dévastation, le massacre et le pillage dans, une ou plusieurs communes, sera puni de mort.
Page 364 - Capet, en constater l'état ; avons agi ainsi qu'il suit : Arrivés tous les quatre , à onze heures du matin, à la porte extérieure du Temple, nous y avons été reçus par les commissaires , qui nous ont introduits dans la Tour. Parvenus au deuxième étage...
Page 366 - Les poumons adhéraient, par toute leur surface, à la plèvre, au diaphragme et au péricarde; leur substance était saine et sans tubercules, il y en avait seulement quelques-uns aux environs de la trachée-artère et de l'œsophage. Le péricarde contenait la quantité ordinaire de sérosité; le cœur était 'pâle, mais dans l'état naturel. Le cerveau et ses dépendances étaient dans la plus parfaite intégrité.
Page 79 - La mer en fureur, la violence prolongée de la tourmente, les obstacles et les dangers qui sous mille formes assiégeaient Ménage et sa cohorte, ils ont tout bravé, tout surmonté. Renversés à chaque pas, jetés, froissés contre les récifs , moitié marchant , moitié rampant comme des crabes , ils arrivent au pied du rocher sur lequel est située l'esplanade du fort. Sans reprendre haleine ils se mettent à l'escalader, s'accrochant aux ronces, aux arbrisseaux, se faisant des échelons de...
Page 97 - Je poussai mon cheval, heureux d'avoir obtenu ce répit, si faible qu'il fût. « Surtout, me cria le général, qu'ils aient à faire cesser le « feu de la flotte anglaise. Si je perds un homme, ils sont « tous morts. » Je me portai rapidement vers le fort, où je vis régner une extrême agitation parmi les royalistes : ceuxci courant éperdus de l'un à l'autre, ceux-là restant immobiles dans l'attitude d'une fureur concentrée...
Page 121 - Tallien, que depuis le moment de notre départ il ne fut occupé que d'une idée, celle de sauver les émigrés pris à Quiberon. Elle fut le thème exclusif de nos entretiens , auquel s'associait la recherche la plus active de la meilleure marche à suivre pour atteindre le but qu'il se proposait , et pour diriger vers ce but l'ascendant et la faveur dont, selon toute apparence, il allait de nouveau jouir dans la convention, ne fût-ce que momentanément. La nuit, soit en voiture , soit lorsque...
Page 345 - Nous avions déjà dépassé de plus d'un pied la profondeur exigée , lorsque nous entendîmes le bruit d'une voiture qui ne tarda pas à s'arrêter. «Au même instant on nous fit cesser le travail , la porte du cimetière s'ouvrit , et nous vîmes sortir de la voiture trois autres membres du comité révolutionnaire revêtus de leur écharpe , comme celui qui nous avait amenés. «Chacun de nous put apercevoir en même temps un cercueil large de huit à dix pouces et long de quatre pieds et demi...

Informations bibliographiques