Ma guerre d'Espagne. Brigades internationales : la fin d'un mythe: Brigade internationale : la fin d'un mythe

Front Cover
Le Seuil - History - 272 pages

Pour beaucoup, le mythe des Brigades internationales reste aujourd'hui encore intact. Et pourtant, derrière l'aventure héroïque de milliers de volontaires venus de tous les pays au secours de la République espagnole, se cache une autre vérité, déconcertante et douloureuse, que révèle ce témoignage sauvé de l'oubli.

Sygmunt Stein, militant communiste juif en Tchécoslovaquie, bouleversé par les procès de Moscou qui ébranlent sa foi révolutionnaire, va chercher en Espagne l'étincelle qui ranimera ses idéaux. Mais arrivé à Albacete, siège des Brigades internationales, il se voit nommé commissaire de la propagande, poste où il découvre jour après jour l'étendue de l'imposture stalinienne. Très vite, la réalité s'impose à lui : " La Russie craignait d'avoir une république démocratique victorieuse en Europe occidentale, et sabotait pour cette raison le duel sanglant entre les forces démocratiques et le fascisme. " Tout ce qu'il croyait combattre dans le fascisme, à commencer par l'antisémitisme, il le retrouve dans son propre camp. La déception est à la mesure de l'espoir qui l'avait mené en Espagne : immense. Affecté par la suite à la compagnie juive Botwin, il sera envoyé au front pour servir de chair à canon.

Des exécutions arbitraires du " boucher d'Albacete ", André Marty, aux banquets orgiaques des commissaires politiques, en passant par les impostures de la propagande soviétique, Sygmunt Stein dénonce violemment dans son livre, écrit en yiddish dans les années 1950, et resté inédit en français, la légende dorée des Brigades internationales.




Traduit du yiddish par Marina Alexeeva-Antipov

Postface de Jean-Jacques Marie, historien du communisme.



What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

About the author (2012)

Né en 1899 dans un village aujourd'hui ukrainien, Sygmunt Stein adhère très jeune au Bund puis au Parti communiste. Militant professionnel, membre du Komintern et des Brigades internationales, il quitte écoeuré et furieux le monde communiste en 1938. Il meurt à Paris en mars 1968. Sygmunt Stein parlait le yiddish, l'hébreu, l'araméen, le polonais, l'ukrainien, l'allemand et l'espagnol.

Bibliographic information