Macbeth

Front Cover
Larousse, Aug 24, 2011 - Drama - 224 pages
0 Reviews
Par ambition, Macbeth assassine son roi. Crime contre nature, ce régicide instaure le règne du Mal absolu. Qu’importe ! Macbeth est roi, comme le lui ont prédit d’étranges sorcières. Sa tyrannie n’a bientôt plus de borne. Ne lui a-t-on pas dit qu’il ne devait redouter que la marche d’une forêt ? Or qui a jamais vu une forêt marcher ? Complice de son mari, puis prise de remords, sa femme s’enfonce dans la folie et se suicide. La forêt finira par s’ébranler... Voici une tragédie sur la dictature, une tragédie en rouge et noir, l’une des plus sombres et des plus puissantes de Shakespeare.

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

About the author (2011)

Stratford-on-Avon 1564 - idem 1616, poète dramatique anglais. On connaît mal sa vie. Fils d'un commerçant ruiné, il se maria à dix-huit ans ; en 1594, il était acteur et actionnaire de la troupe du lord chambellan. Vers 1598, il s'installe au théâtre du Globe et, vers 1613, il se retire à Stratford. Son oeuvre, qui comprend des poèmes (Vénus et Adonis, 1593) et un recueil de Sonnets (1609), est essentiellement dramatique. On peut distinguer dans son théâtre trois périodes : la jeunesse (1590 - 1600), marqué par un enthousiasme très élisabéthain, qui est l'époque des comédies légères et des fresques historiques (Henri VI, v. 1590 ; Richard III ; la Mégère apprivoisée, v. 1594 ; Roméo et Juliette, le Songe d'une nuit d'été, v. 1595 ; le Marchand de Venise, v. 1596 ; Beaucoup de bruit pour rien, v. 1598 ; Jules César, v. 1599 ; Comme il vous plaira, les Joyeuses Commères de Windsor, la Nuit des rois, v. 1600) ; une période (1600 - 1608) où, sous l'effet des déceptions politiques et personnelles, les tragédies sombres alternent avec quelques comédies (Hamlet, Othello, Macbeth, le Roi Lear, Antoine et Cléopâtre, v. 1606 ; Coriolan, v. 1607 ; Timon d'Athènes, v. 1608) ; à partir de 1608, le retour à l'apaisement avec les pièces romanesques (Cymbeline, v. 1609 ; Contes d'hiver, v. 1610 ; la Tempête, v. 1611). Ecrit pour un public composé d'hommes du peuple et d'aristocrates, ce théâtre étonne par la variété et la vigueur du style, par le foisonnement des personnages et leur diversité sociale et psychologique, par la maîtrise de la construction dramatique.

Bibliographic information