Mangareva

Front Cover
Le Cherche Midi, Nov 3, 2011 - Fiction - 302 pages
0 Reviews

Comment des missionnaires ont réduit une île en esclavage.


Le 7 août 1834, Caret et Laval, deux jeunes missionnaires catholiques de la congrégation du Sacré-Cœur, aidés par le frère Murphy, débarquent à Mangareva, dans l'archipel des Gambier. C'est le plus mal connu et le plus secret des chapelets d'îles situées au sud-est de la Polynésie française. Une île peuplée de " sauvages ". La mission de Caret et Laval : évangéliser les Maoris et édifier un paradis chrétien.
Ils s'installent dans l'archipel avec comme seuls bagages quelques soutanes, un ornement de vases sacrés et soixante bouteilles de vin de messe. Par quels moyens deux prêtres sans armes pourront-ils convertir plusieurs milliers de Polynésiens et les convaincre d'abandonner leur culture, leurs croyances ? L'entreprise des missionnaires va si bien réussir que les deux prêtres feront construire aux Maoris une cathédrale en plein cœur de l'océan Pacifique.
Le prix à payer consiste en l'effritement puis l'anéantissement d'une civilisation et d'un mode de vie. Et, pour finir, en raison de l'épuisement des ressources naturelles, dans le dépérissement de toute une population.

Cette histoire vraie ressemble à un conte cruel et sombre, traversé par de brutales bouffées de comédie. Elle projette à travers le temps une lueur glauque et fantasque qui éclaire d'une splendeur barbare notre histoire religieuse et coloniale.
Ce roman décrit l'éradication d'une civilisation par une autre, la destruction d'un écosystème fragile au nom des bons sentiments, de la prétendue supériorité occidentale mais aussi du fanatisme religieux, de la cupidité des colons et de l'ignorance de tous.

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

About the author (2011)

Jean-Hugues Lime est comédien. Il a écrit et réalisé plusieurs films parmi lesquels La Bête Noire et Tête-à-Tête. Il est également l'auteur de romans dont Fête des nerfs, Journal authentique d'un assassin ; On dirait des nains ; Gourouland et, au cherche midi, La Chasse aux enfants et Le roi de Clipperton.

Bibliographic information