Moeurs des sauvages amériquains: comparées aux moeurs des premiers temps, Volume 2

Front Cover
Saugrain l'aîné, 1724
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 8 - JÎr. ils loutiennent que , remis alors en pleine « liberté de fuivre les loix de la nature , ils ne rifquent » plus d'être les dupes de la coutume ou de l'éduca...
Page 11 - On frote enfuite toutes ces plaies avec de la cendre de courge fauvage , qui n'eft pas moins corrofive que de la poudre à canon... enforte que jamais les marques ne s'effacent; aprés quoi on leur lie les bras & tout le corps d'un fil de coton.
Page 134 - J'ai trouvé auprès de certains sauvages, que nous appelons Porte-Croix, une matière suffisante pour nous faire conjecturer et croire même que ces peuples n'ont pas eu l'oreille fermée à la voix des Apôtres, dont le son a retenti par toute la terre...
Page 138 - ... plantent, et on est agréablement surpris, en voyageant dans leur pays, de rencontrer de temps en temps des Croix sur le bord des rivières, à double ou à trois croisées, comme celles des patriarches. En un mot, ils font tant d'estime de la Croix qu'ils ordonnent qu'elle soit enterrée avec eux dans un même cercueil, après leur mort, dans la croyance que cette Croix leur fera compagnie dans l'autre monde et qu'ils ne seraient pas connus de leurs ancêtres, s'ils n'avaient avec eux la marque...
Page 165 - ... ordre, en sorte que qui en voit un, les voit tous. Mais quand il s'agit des affaires qui Interessent le corps de la Nation, ils se reunissent dans un Conseil general...
Page 18 - Novice, déjà fort extenue de ion jeûne & des coups qu'il a reçus ; ils l'apportent dans fon Hamac , qu'ils attachent à deux arbres , & d'où ils le font lever. On l'encourage , comme...
Page 16 - ... pendant six semaines, que les chrétiens auraient bien de la peine à faire pour l'amour de Dieu. On ne lui donne qu'un peu de millet bouilli, et bien peu de cassave de laquelle il ne mange que le milieu. Pendant ce temps-là les capitaines voisins viennent le visiter soir et matin. Ils le font venir devant eux, lui représentant avec leur éloquence naturelle, que s'il veut parvenir à la dignité de capitaine où il aspire, il doit être...
Page 134 - ... voir une désolation si générale, et la ruine prochaine de toute la nation gaspésienne, si elle n'était promptement soulagée par un puissant secours du Soleil, qu'ils reconnaissent comme nous avons dit, pour leur Divinité. Ce fut, disent-ils, dans ce sommeil plein d'amertume, qu'un homme beau par excellence leur apparut avec une Croix à la main, qui leur dit de prendre bon courage, de s'en retourner chez eux, de faire des Croix semblables à celles qu'on leur montrait et de les présenter...
Page 18 - ... pour éprouver s'il sera courageux, chacun des chefs lui donne un coup de fouet de toute sa force. Il se remet dans son lit, et on amasse quantité d'herbes très fortes et très puantes, qu'ils mettent autour de son lit. On y met le feu en sorte qu'il ne le touche pas, mais qu'il en sente seulement la chaleur. La fumée de ces herbes puantes avec la chaleur du feu lui fait souffrir d'étranges maux ; il est à demi fol dans son lit, où il demeure constamment, il y tombe dans des pâmoisons...
Page 17 - ... s'exposer dans toutes sortes de dangers, souffrir toutes sortes de travaux et de fatigues; que cela lui acquerra de la réputation et le mettra en estime parmi ceux de sa nation. Cette harangue qu'il a écoutée attentivement, étant faite, on lui fait ressentir combien il souffrirait s'il était pris par leurs ennemis, par le moyen des coups qu'ils lui donnent à l'heure même.

Bibliographic information