Néologie canadienne, ou, Dictionnaire des mots créés en Canada & maintenant en vogue, des mots dont la prononciation & orthographe françoises, quoique employés dans une acception semblable ou contraire, et des mots étrangers qui se sont glissés dans notre langue

Front Cover
University of Ottawa Press, Jan 1, 1998 - Canadianisms, French - 316 pages
0 Reviews
Le manuscrit de Jacques Viger vient combler un vide dans la lexicographie canadienne-française du début du XIXe siècle. Journaliste, militaire, fonctionnaire, « historiomane » et archiviste infatigable, Viger fut le premier maire de Montréal ainsi que le premier président de la Société Saint-Jean Baptiste. Néologie canadienne est le seul lexique que nous ayons de cette période. Écrit après celui du Père Potier, mais bien avant que ne s’établisse une tradition lexicographique au Québec, ce manuscrit est un témoignage authentique et unique de la langue du début du XIXe siècle. Suzelle Blais rend enfin accessible aux linguistes -- et au chercheurs de diverses disciplines -- un document de toute première importance pour l’histoire du français au Québec.
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 81 - Sorte d'oppression ou- d'étouflement qui survient quelquefois durant le sommeil, en sorte qu'on croit avoir un poids sur l'estomac, et qui cesse dès qu'on vient à se réveiller.
Page 247 - The second is the shortest, and that which is usually pursued by the canoes, employed in the Indian trade. The canoes, which I provided for my undertaking, were, as is usual, five fathom and a half in length, and four feet and a half in their extreme breadth, and formed of birch-tree bark, a quarter of an inch in thickness. The bark is lined with small splints of cedar-wood; and the vessel is further strengthened 1 Ottawa River, Lake Nipisaing and French River. with ribs of the same wood...
Page 21 - Quant à l'emploi de mots anglais, là où il ya des termes français qui leur répondent, c'est une manie insupportable, c'est le comble du ridicule ; et cependant combien de personnes, même d'éducation, qui tombent dans ce défaut?... Telle dame ne peut manger sa soupe qu'au barley ; tel monsieur vous prie de lui passer un tumbler pour boire du brandy avec de l'eau; celui-ci vous demande, sans perdre son sérieux, si ces « patates » sont cuites au steam ; celui-là, si vous avez oubtié de...
Page 282 - Grand dictionnaire français et latin, enrichi des meilleures façons de parler en l'une et l'autre langue, avec des notes de critique et de grammaire, par M. l'abbé Danet. Nouvelle édition. Lyon, 1718, in-4°.
Page 292 - Dictionaire de la langue Huronne, pour la commodité de ceux qui ont à voyager dans le pays, & n'ont l'intelligence d'icelle langue. Par F. Gabriel Sagard Theodat, Recollet de S.
Page 20 - France, on aimera sans doute à retrouver au sein de nos populations ces vieilles locutions qui datent de Montaigne et de Rabelais, tous ces mots du pays normand, breton, picard, berrichon, qui ne sont pas sanctionnés par l'Académie, mais qui n'en sont pas moins de provenance française. Toutes ces expressions prouvent notre origine ; elles sont autant de certificats de nationalité. Aussi je me flatte qu'au point de vue ethnologique, ce travail aura un certain intérêt.
Page 247 - ... thickness. The bark is lined with small splints of cedarwood; and the vessel is further strengthened with ribs of the same wood, of which the two ends are fastened to the gunwales: several bars, rather than seats, are also laid across the canoe, from gunwale to gunwale. The small roots of the spruce-tree afford the wattap, with which the bark is sewed; and the gum of the pine-tree supplies the place of tar and oakum. Bark, some spare wattap and gum, are always carried in each canoe, for the repairs...
Page 248 - Two posts are planted in the ground, at a considerable distance from each other, as a mile or more. Each party has its post, and the game consists in throwing the ball up to the post of the adversary. The ball at the beginning is placed in the middle of the course, and each party endeavors as well to throw the ball out of the direction of its own post, as into that of the adversary's.
Page 121 - Il n'est usité qu'en parlant des choses qui se changent, qui se convertissent en d'autres : — Brouillard résous en pluie.
Page 230 - ... son en le mettant entre les dents , et en le touchant avec le bout du doigt, ou l'appelle trompe, subst.

Bibliographic information