Nachgelassene Schriften: B. G. Niebuhr's nichtphilologischen Inhalts

Front Cover
Friedrich Perthes, 1842 - Historians - 526 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 472 - ou s'il faut en accorder aux voeux de l'Angleterre, avec des acquisitions très modérées pour elle. 3) Bases d'un traité de commerce reconnus par lequel on renonce au droit prétendu d'exclure entièrement le commerce d' une nation quelconque. Et comme Bonaparte, très ignorant, ainsi que la nation qu'il gouverne, sur les vrais intérêts du commerce, attache
Page 474 - qu'une politique honteuse a attiré à ces états. C'est son commerce, qui a tiré le nord de l'Europe de la pauvreté et de la barbarie: et si en nous livrant à des besoins de luxe, peu proportionnés aux ressources de nos contrées, nous sommes obligés de transmettre à l'Angleterre des sommes que nous pourrions garder, il
Page 468 - affectés. 3) On se recrie sans cesse sur un prétendu monopole exercé par les Anglais pour les précieuses denrées coloniales: et ceux, qui ont vu avec indifférence l'Europe soumise au joug de la tyrannie appellent à grands cris la destruction de la tyrannie Anglaise pour payer le café et le sucre quelques
Page 472 - qui rassurent les habitanssur leur propriété pour ravir les plus précieuses à la France et à ses alliés. Il n'ya point de motif, qui puisse le porter à continuer la guerre, si non qu'il espère on d'établir pendant sa durée la monarchie universelle sur le continent: ou de forcer l'Angleterre à racheter l'existence précaire d'une partie des
Page 466 - chef, elle anime tontes les autres nations contre son ennemi pour les appauvrir et les ruiner, pendant qu'elle dispose de leurs forces à son gré. Ceux dont les idées sont les plus grossières considèrent les Anglais comme des pirates, qui s'enrichissent par leurs prises. Ceux qui prétendent à des notions
Page 467 - reste c'est un miracle que celles de l'Angleterre se soutiennent malgré les entraves, qui les gênent au dehors, et malgré l'appauvrissement universel du continent. On prétend que les Anglais ne sont que marchands, qu'ils évaluent tout an prix de l'or: cependant les marchands connaissent leurs intérêts et vouloir appauvrir le
Page 465 - d'avoir ignoré les premiers intérêts de leur pays. Il est clair qu'ils ne se sont jamais proposés un examen approfondi des deux questions dont la solution doit préparer tout projet de paix entre leur pays et Bonaparte. Savoir: 1) Quels sont pour l'Angleterre et pour la France réciproquement les avantages d'une guerre? 2) Et quels en sont les
Page 472 - funeste encore que ses armes: tous ses efforts ont été en vain et le seront toujours: il ne lui en reste que la honte. Il doit sentir que si l'Angleterre n'a point encore fait des conquêtes aussi importantes que sa supériorité navale semble les lui assurer: il ne faut que des efforts bien dirigés et soutenus par des
Page 468 - les jours forcé de vendre avec perte: et il est certain, que les vrais beaux jours de la fabrication Anglaise ne renaîtront qu'avec une paix stable; et que les fabriques du continent peuvent se relever, si leurs forces le permettent, sans que les intérêts des Anglais en soient
Page 466 - riche butin : bien inférieur à présent à celui des anciennes guerres, le commerce Anglais souffre infiniment par les corsaires ennemis: et il est même facile à prouver, que cette perte nationale s'est élevé tout au moins au triple du montant des prises marchandes, faites sur l'ennemi. De

Bibliographic information