Ne soyons pas des écologistes benêts

Front Cover
Fayard/Mille et une nuits, Aug 25, 2010 - Literary Criticism - 128 pages
0 Reviews
Qu’ils soient militants associatifs ou politiques, les écologistes benêts sont ceux qui ne voient le monde qu’à travers la crise écologique en oubliant la crise sociale. Ceux qui défendent une écologie qui ne serait « ni de droite ni de gauche » (Nicolas Hulot). Ceux qui prétendent sauver les écosystèmes sans mettre fin au capitalisme (Yann Arthus Bertrand). Pourtant, ceux-ci auraient dû être réveillés par la déflagration de l’effondrement financier en 2007-2008 venant s’ajouter aux alarmes des climatologues... Eh bien non. Certains prônent sans le moindre complexe un capitalisme vert qui nous promet des éoliennes et des centrales photovoltaïques par milliers couvrant des terres agricoles ou forestières, car plus profitable... L’ordre économique mondiale tente de se faire une seconde jeunesse. Face à cette offensive extrêmement dangereuse, nous ne devons pas nous laisser illusionner. Les innovations certes. Mais c’est avant tout à un réordonnancement des échanges qu’il faut œuvrer. Cela passera par des prises de position claires : contre l’OMC, pour un protectionnisme écologique et social à l’échelle des continents, à commencer par celle de l’Europe.

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

About the author (2010)

Agé de trente-trois ans, Aurélien Bernier est chargé de mission dans l’environnement. Il a travaillé pendant dix ans pour l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Ancien membre d’Attac France, il est président de l’association Inf’OGM (www.infogm.org) et collabore au Monde diplomatique.

Aurélien Bernier est le rédacteur du livre d’Attac Les OGM en guerre contre la société (Mille et une nuits, 2005), de Transgénial ! avec Michel Gicquel (Mille et une nuits, 2006) et de Le Climat otage de la finance ou comment le marché boursicote avec les « droits à polluer » (Mille et une nuits, 2008).

Bibliographic information