Nietzsche et le démon de midi

Front Cover
Fayard/Mille et une nuits, Nov 24, 2004 - Literary Criticism - 128 pages
0 Reviews
Inédit

Le 5 janvier 1937, à Neuilly, Jean-Baptiste Botul prend dans son taxi une jeune cliente mineure qui lui ordonne : « Cours Désir ». Adresse équivoque s'il en est ! La nuit qu'ils passeront ensemble dans Paris vaudra à Botul de comparaître devant le tribunal professionnel des taxis parisiens. Pour sa défense, Botul se compare à Nietzsche, victime du démon de midi, amoureux tragique de Lou Andreas Salomé. Le récit qu'il fait de leur rencontre atteste que le Surhomme ne vaut pas grand chose en face de la Surfemme. Car Lou, selon les termes de Botul, « était plus qu'une femme ». Parente de Lilith et de Lolita, elle incarne un démon mutant, moderne, celui de la « sexualité » femelle. Miraculeusement retranscrite, cette géniale plaidoirie confirme que Botul, ce penseur méconnu, fut le plus grand philosophe de tradition orale du XXe siècle.

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

About the author (2004)

La vie de Jean-Baptiste Botul, philosophe de tradition orale, est encore mal connue. Seules certitudes : il est né en 1896 et mort en 1947. À part cela, on ne sait pas grand-chose sinon que ce grand esprit, originaire des Hautes Corbières (il pâtit beaucoup de son accent méridional) connut de très près Joséphine Baker, Lou Andréa Salomé et Simone de Beauvoir. On signale sa présence en Argentine, à Clipperton, en Cilicie et au Paraguay dans des missions restées très secrètes.

Depuis douze ans, « Les Amis de JBB » consacrent leurs loisirs à retrouver, pièces après pièces, à travers nombres d'archives lacunaires et éparses, les traces de ce penseur méconnu. Les Éditions Mille et une nuits ont publié quatre de ses œuvres ou plutôt des transcriptions de propos attribués à Botul : La Vie sexuelle d'Emmanuel Kant (1999), Landru, Précurseur du féminisme (2001), Nietzsche et le démon de midi (2004) et La Métaphysique du mou (2007).

Bibliographic information