Nos vieux proverbes

Front Cover
Mouillot impr., 1886 - Proverbs, French - 304 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 188 - ... plus jolies, plus sensibles , plus essentielles, et valent mieux que nous. Toutes les imperfections que nous leur reprochons, ne font pas autant de mal qu'un seul de nos défauts ; et encore, comme je crois l'avoir dit ailleurs, nous en sommes la cause par notre despotisme, injustice et amour-propre. Voyez leurs règnes, quand elles sont sur le trône. Il est faux que les hommes les y aient gouvernées. Elles ont trop d'ambition, pour une fois, en passant, qu'elles peuvent la satisfaire, pour...
Page 11 - C'est là qu'il fallait voir des peaux de toutes nuances, des peaux huileuses, des peaux de mulâtresses, des peaux jaunes et des peaux de satin; les vieilles avaient des salières pour contenir leurs provisions d'odeurs. Je puis dire que je n'avais jamais vu de si près les belles dames de Paris, la moitié à découvert. Ça n'est pas beau.
Page 187 - Le voici, de bien bonne foi. Elles sont plus aimables que nous , plus jolies , plus sensibles , plus essentielles , et valent mieux que nous. Toutes les imperfections que nous leur reprochons , ne font pas autant de mal qu'un seul de...
Page 102 - Qui l'homme à mort enchemine. Mais c'est surtout du jeune médecin et du vieux barbier qu'on se défie. On sait que le barbier faisait œuvre de chirurgie, sa légèreté de main décroissait avec l'âge. Jeune barbier, vieil médecin, S'ils sont autres, ne valent pas un brin. On les accuse de donner de la besogne aux fossoyeurs : De jeune médecin, cimetière bossu.
Page 188 - ... seigneur. Je ne parle pas des femmes distinguées, qui, par l'élévation de leur âme, la subtilité de leur esprit, la finesse de leur organe et la constance dans l'instruction, l'emportent sur les hommes les plus distingués. Mais qu'on suive, dans le cours de leur vie, cent personnes de chaque sexe; on 'trouvera dans l'un vingt fois plus de vertu que dans l'autre.
Page 196 - ... à relâcher leurs nerfs : on en est quitte pour de la malice avec elles. Mais qu'elles en ont ! et de la rancune ! qui estce qui en connaît qui pardonnent ? Elles sont plus susceptibles que les hommes. Leur amourpropre est toujours en sentinelle. Qu'on leur donne des armes , il y aura dans une ville cinquante affaires par jour.
Page 36 - Qui preste non r'a, Qui r'a non tost , Qui tost non tout, Si tout non gré, Si gré non tel, Garde-toi donc de prester, Car à l'emprunter cousin-germain, Et au rendre, fils de p Qui prie et mendie ne mesdie.
Page 208 - La philanthropie ou plutôt la philanthropomanie est une singulière invention. Faut-il donc un nom grec , une secte, des assemblées et des ouvrages pour aimer son prochain ? On est toujours mécontent. On aime à se plaindre partout où l'on est. On crie toujours contre quelqu'un ou contre quelque chose. On dit : Quelle nation ! quel climat ! quel temps ! quelle vie ! Est-ce l'inquiétude naturelle que nous sentons ordinairement en nous, ou est ce amour-propre ? Peut-être tous les deux.
Page 295 - est le plus puissant prince de l'Europe. Il n'a point de mines d'or comme le roi d'Espagne son voisin ; mais il a plus de richesses que lui, parce qu'il les tire de la vanité de ses sujets, plus inépuisable que les mines.
Page 170 - ... claires, ni agréables. Madame de Sévigné est dans ce genre la première qui ait su lire et écrire. Elle avait du naturel , des expressions faciles et heureuses, et des détails charmants; mais elle préférait la Phèdre de Pradon. Les femmes , il ya vingt ans encore , ne savaient seulement pas l'orthographe. A présent je connais dix ou douze Sévignés : elles n'ont que trop d'esprit ; il faudrait les arrêter. C'est avoir bien la fureur de la vanité , que d'en mettre à être un homme...

Bibliographic information