Notice sur les monuments épigraphiques de Bavai et du Musée de Douai

Front Cover
L. Crépin, 1873 - Inscriptions, Latin - 181 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 86 - Crocodes signifie collyre au safran; on rencontre ce terme seul ou réuni à d'autres noms de collyres. On a dit que le safran employé par les médecins oculistes romains était peut-être le safran de Mars, « ainsi nommé uniquement à cause de sa couleur, car il n'entre pas de safran dans sa composition. Or on sait que le safran de Mars n'est autre chose qu'un sous-carbonate de fer (6). » C'est possible; dans l'antiquité aussi bien que de nos jours, les substances métalliques étaient fort...
Page 156 - D'Anville ajoute que la trace de cette voie lui est indiquée « par une carte qui a été levée dans le plus grand détail et par ordre du Roi dans ses campagnes.
Page ii - Galliae, donnant ce que le grand recueil universel de Berlin lui-même ne saurait offrir au public : c'est-àdire, non-seulement les inscriptions ; mais, 1° leur explication philologique et historique, et 2° les monuments eux-mêmes, dessinés avec exactitude, et présentant par conséquent l'aspect, le caractère et jusqu'à la forme des lettres des documents originaux.
Page 164 - Maks&ir brisé, venant de kasar briser, où l'on voit k, s, divisés. Nous n'ajouterons rien à ce que nous avons dit sur q , sinon qu'il ne prendra jamais d'« à sa suite, et qu'il s'écrira qa, qé, qi, etc.
Page 86 - ... puriforme, blennorrhagique ou égyptienne, se rencontrent on ne peut plus fréquemment à la suite de toutes les conjonctivites palpébrales et surtout des ophthalmies catarrhales chroniques ; ce qui ne veut pas dire qu'elles ne soient pas plus nombreuses et plus volumineuses dans l'ophthalmie puriforme.
Page 160 - D est une lettre évanes» cente, qui ne figurait déjà plus dans le nom du pays de » Liège, à l'époque du partage entre Charles-le-Chauve et » Louis-le-Germanique. Les deux frères déclarent prendre » chacun une pari du Liugas, c'est-à-dire du Liégeois ». Nous avons eu l'honneur de soumettre à peu près en ces termes, nos doutes, au sujet de l'explication qu'on vient de lire, à M. de Longpérier lui-même : 1° La forme de la lettre qui figure sur la pièce, nous devons le dire, malgré...
Page 79 - ... tout pour les amygdales, les angines et les suppurations. » Pour ces diverses affections, prenez seize drachmes de » misy et faites aussi une addition de miel, dans une
Page 34 - Nervien, ayant eiercé, dans sa cité, tous leshon» neurs, prêtre à l'autel de notre César, dans le temple de » Rome et d'Auguste, situé au confluent de la Saône et du » Rhône ; les Trois Provinces des Gaules [ont élevé ce mo
Page 61 - ... pharmacien qui le fabriquait et le vendait. Il est possible aussi que des collyres liquides aient été renfermés dans des vases sans marques, mais bouchés à la cire et que le sigillum de l'oculiste-pharmacien ait été apposé sur le lutage (5). L'usage de ces pierres...
Page 79 - I laine sur les ulcères de la tête ; il dissipe les granulations invétérées des paupières ; il est bon surtout pour les amygdales, les angines et les suppurations. Pour ces cas , prenez seize drachmes de misy, et faites cuire avec addition de miel dans une hémine de vinaigre, jusqu'à ce que le mélange devienne filant; c'est la préparation la plus efficace dans les cas susdits. Toutes les fois qu'il est nécessaire d'en atténuer la force , on y ajoute du miel. Des fomentations avec le misy...

Bibliographic information