Nouveau dictionnaire historique: ou Histoire abregée de tous les hommes qui se sont fait un nom par le génie, les talens, les vertus, les erreurs, &c. depuis le commencement du monde jusq'à nos jours; dans laquelle on expose avec impartialité ce que les ecrivains les plus judicieux ont pensé sur le caractère, les moeurs et les ouvrages des hommes célébres dans tous les genres; avec des tables chronologiques, pour réduire en corps d'histoire les articles répandus dans ce dictionnaire, Volume 11

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 163 - J'ai les bras raccourcis aussi bien que les jambes, et les doigts aussi bien que les bras. Enfin je suis un raccourci de la misère humaine.
Page 104 - Disons-le sans figure : il parle comme un fou, et pense comme un homme sage; il dit ridiculement des choses vraies, et follement des choses sensées et raisonnables ; on est surpris de voir naître et éclore le bon sens du sein de la bouffonnerie, parmi les grimaces et les contorsions.
Page 557 - Le voilà donc mort, ce grand ministre, cet homme si considérable, qui tenoit une si grande place; dont le moi, comme dit M. Nicole, étoit si étendu; qui étoit le centre de tant de choses : que d'affaires, que de desseins...
Page 473 - ... les guerres injustes et imprudentes; le despotisme des souverains; leur attachement aveugle à .certaines personnes ; leur prévention en faveur de certaines conditions , ou de certaines professions ; la cupidité des ministres et des gens en faveur; l'avilissement des geni de qualité; le mépris et l'oubli des gens de lettres ; la tolérance des méchantes coutumes , et l'infraction des bonnes lois ; l'attachement opiniâtre à des usage» indifférons ou abusifs ; la multiplicité des edits...
Page 510 - ... c'est Tacite; qui donne un plus saint respect pour la vertu malheureuse, et la représente d'une manière plus auguste, ou dans les fers, ou sous les coups d'un bourreau: c'est Tacite; qui a le mieux flétri les affranchis et les esclaves, et tous ceux qui rampaient, flattaient , pillaient et corrompaient à la cour des empereurs : c'est encore Tacite.
Page 511 - Jeurplaire , et. par le plaisir secret d'en dire du mal pour se venger. 'De tels historiens , ou flatteurs ou ennemis déclarés , ménagent fort peu l'estime de la postérité. On est choqué d'une basse flatterie , parce qu'elle sent la servitude ; mais on ouvre volontiers ses oreilles à la médisance , dont la malignité se couvre d'un air de liberté.
Page 219 - Ah ! j'entends, madame; c'est le blason : c'est, à la vérité, une science fort profonde ; mais elle n'est plus à la mode depuis qu'on a perdu l'habitude de faire peindre ses armes aux portières de son carrosse ; c'était la chose du monde la plus utile dans un état bien policé. D'ailleurs cette étude serait infinie ; il n'ya point aujourd'hui de barbier qui n'ait ses armoiries; et vous savez que tout ce qui devient commun est peu fêté.
Page 284 - Véga; il créa le théâtre; il avait un génie plein de force et de fécondité, de naturel et de sublime, sans la moindre étincelle de bon goût et sans la moindre connaissance des règles.
Page 89 - Ainsi un religieux faisait servir à sa vengeance son roi, son pénitent et sa religion'. Pour préparer ce concile, dans lequel il s'agissait de déposer un homme devenu l'idole de Paris et de la France par la pureté de ses mœurs, par la douceur de son caractère, et plus encore par...
Page 271 - Le caractère original qui y règne est si marqué, qu'aucun recueil épistokiire ne peut lui être comparé. Ce sont des traits fins et délicats , formés par une imagination vive , qui peint tout , qui anime tout. Elle y met tant de c» beau naturel qui ne se trouve qu'avec le vrai , qu'on se sent affecté des mêmes sentimens qu'elle.

Bibliographic information