Nouveau dictionnaire proverbial, satirique et burlesque: plus complet que ceux qui ont paru jusqu'a ce jour, a l'usage de tout le monde

Front Cover
Chez Dauvin, Libraire, 1829 - Proverbs, French - 538 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 38 - Bse faire affront à soi-même" (OudC 1640—1660); il vaut mieux laisser son enfant morveux que de lui arracher le nez...
Page 147 - Je n'aurais qu'à chanter, rire, boire d'autant, Et, comme un gras chanoine, à mon aise et content, Passer tranquillement, sans souci, sans affaire, La nuit à bien dormir, et le jour à rien faire.
Page 508 - LE RAT DE VILLE ET LE RAT DES CHAMPS Autrefois le Rat de ville Invita le Rat des champs, D'une façon fort civile, A des reliefs d'Ortolans. Sur un Tapis de Turquie Le couvert se trouva mis.
Page 189 - L'astre dont la course ronde Tous les jours voit tout le monde N'aura point achevé l'an Que tes conquêtes ne rasent Tout le Piémont, et n'écrasent La couleuvre de Milan.
Page 236 - Un fou rempli d'erreurs , que le trouble accompagne , Et malade à la ville ainsi qu'à la campagne , En vain monte à cheval pour tromper son ennui : Le chagrin monte en croupe et galope avec lui.
Page 252 - Ci gît l'illustre de Marca , Que le plus grand des rois marqua Pour le prélat de son église ; Mais la mort qui le remarqua , Et qui se plaît à la surprise , Tout aussitôt le démarqua.
Page 24 - Amour trouva celle qui m'est amère , (Et j'y étais , j'en sais bien mieux le conte) : Bonjour , dit-il , bonjour , Vénus ma mère. Puis tout à coup il voit qu'il se mécompte , Dont la couleur au visage lui monte , D'avoir failli honteux , dieu sait combien. Non, non, Amour, ce dis-je, n'ayez honte : Plus clairvoyant que vous s'y trompe bien.
Page 408 - C'est le ventre de ma mère, je n'y retourne plus. Se dit quand on a été mal satisfait d'un lieu où l'on ne veut plus retourner, d'une affaire qu'on ne veut pas recommencer. On dit d'une personne qu'on a fort rabrouée, qu'on l'a bien renvoyée chez sa mère grand.
Page 178 - Il ne faut pas se moquer des chiens qu'on ne soit hors du village.
Page 168 - Et l'hiver de ta vie est ton second printemps. Pour moi, je cède aux ans; et ma tête chenue M'apprend qu'il faut quitter les hommes et le jour. Mon sang se refroidit; ma force diminue Et je serais sans feu si j'étais sans amour.

Bibliographic information