Nouveau traité des participes: accompagné d'exercices progressifs sur le participe passé et sur le participe présent

Front Cover
Maire-Nyon, 1842 - French language - 192 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 79 - N'y at-il pas des habitudes qu'on ne contracte que par force et qui n'étouffent jamais la nature? Telle est, par exemple, l'habitude des plantes dont on gêne la direction verticale. La plante mise en liberté garde l'inclinaison qu'on l'a forcée à prendre : mais la sève n'a point changé pour cela sa direction primitive, et si la plante continue à végéter, son prolongement redevient vertical. Il en est de même des inclinations des hommes. Tant qu'on reste dans le même état on peut garder...
Page 38 - ... verbes se plaire, se déplaire, se complaire, se rire, se sourire, se parler, se succéder, se nuire, se convenir, se ressembler et se suffire.
Page 4 - Le complément direct est celui qui complète la signification du verbe, sans le secours d'aucun autre mot. Il répond à la question qui ? pour les personnes, et quoi ? pour les choses : j'aime mon père, je chéris l'étude.
Page 30 - Le verbe être étant employé pour avoir dans les verbes pronominaux, le participe de ces verbes suit absolument la même règle que le participe conjugué avec avoir ; c'est-à-dire, que le participe d'un verbe pronominal s'accorde avec le...
Page 52 - Enfin je montai en carrosse avec elle et son vieil écuyer, et je me laissai de cette manière enlever de l'hôtellerie, au grand déplaisir de l'hôte, qui se voyait par là sevré de la dépense qu'il avait compté que je ferais chez lui : avec la dame, l'écuyer et le petit Maure.
Page 120 - Des deux participes qui entrent dans la composition d'un temps surcomposé, le premier (eu) est invariable , faisant partie de l'auxiliaire , et n'étant qu'un signe d'antériorité; le second...
Page 133 - Caljpso aperçut des cordages flottants sur la côte. La première phrase indique des objets en mouvement, franchissant un espace et tendant vers un but : on voyait des débris qui flottaient vers la côte. La seconde phrase les représente seulement comme surnageant, sans mouvement certain , sans...

Bibliographic information