Nouveau traité général d'horlogerie, Volume 2

Capa
Dunod, 1877
 

Índice

Cylindre I 9 133
114
Sauce de dorure I 283
132
Mairan De académicien II
152
Savary académicien français II
213
Variations du temps solaire II 41
215
Accotement Définition de l I 15
220
Astronomie II 41
224
Cicéron I 3
231
Platine I 275 281
234
Mallet à Genève I 338
238
Gaudron habile Horloger français I 12 79 II Hexagone I
239
Géométrie I 3 225
248
Monture à rubis II
253
Ovale I
257
Dilatabilité et contraction I
265
moléculaire I
271
Descartes mathématicien II 444
273
Menée I 32
275
Acides I
276
Napte huile de pétrole I
280
Barium I
282
Deuto chimie 2 I
285
Seltz I
289
Alambic I
290
Éther sulfurique I
292
Méridienne du temps moyen I 297312
297
Deuxième observation I
299
Réclinant penché en avant ou en arrière I
302
Développante II
307
Étiologie I 356
309
Infiniment petits II
314
Échappement libre à deux arrêts de R Robin Encliquetage I 25
315
Baudoin de Guémadeuc Méridienne de I
316
Méromètre calibre géométrique I
317
Poids du balancier I
323
Micromètre de Garnier II 371
333
Réclinante ou déclinante I
338
Diderot II 226
356
Ébarber I
374
du frottement de divers métaux I 444 Tierspoint I 384 409
384
Rectangle I 235
389
Échantillon outil dHorlogerie II
391
Excédant I 393 409
393
Semblables I 252
400
Serge La I
406
des hautes températures I
443
Newton II 217
448
Parallaxe optique II
487
Nez Le de la potence I 322
505
Des Horloges publiques pour clochers châteaux etc
509
Table de comparaison des anciennes et nouvelles mesures linéaires et poids de France
515
des logarithmes II 516
516
Sur la meilleure disposition des Horloges publiques suivant lextrait dune communication
521
Compensation I 9
524
Du mouvement dit perpétuel
527
Becquerel artiste distingué I 195
537
de la pesanteur spécifique de quelques mé
551
CHAPITRE VI
1
Recul I 9
2
Nécessité de linstruction et des connaissances mathématiques pour les chefs datelier et
3
Ancien remontoir par la sonnerie
11
Attérage I 12
13
Nicole Rectification des épicycloïdes II 314
18
Trouver la durée de marche dune Montre ordinaire avec le nombre par heure des vibrations
22
Inscrit I 256
26
Point Le I 221 227
78
dessayeur II 59
80
Isochrone II 423
83
222
85
Angle I 16
88
Parent fabricant déchappements à cylindre Pièces almanach II 48
91
92
92
Protoxyde de zinc I 276
95
Silicates silex I 290
96
Cornue I 276
98
99
99
108
108
Cerium I 282
110
Pendule paraboloïde de Huyghens
112
Vitruve auteur ancien I 316
113
114
114
Purification du mercure II 192
115
Coulomb capitaine du génie II 119
119
Isochronisme I 31 326 II 424
120
Privation de la vie I 277
121
Sonnerie I 122
122
Exécution du rouage I 383
124
Horloge astronomique moderne avec pendule à mercure de M Kessels dAltona
127
Grandes heures I 422
130
Des quantièmes ajoutés aux Montres et aux Pendules
132
Tamtam I 283
135
Gravité II 440
136
Balancier 1 19
137
Propriétés de la matière II 54
138
Moire I 282 284
139
Abandon de cette méthode pour le réglage des Horloges
144
réglant I 90
145
Wulliamy Horloger du roi à Londres II 146
146
Des logarithmes
148
Molybdène ou plombagine I 282
149
Spiraux II 13
153
Des roues dites satellites ou planétaires
156
Du frottement dans les grandes machines
161
Pile de Volta I 275 285
168
Arbre I 17
173
Jacquet Droz Suisse II 215
175
Divers systèmes destinés à faire suivre aux Horloges et aux Régulateurs le temps solaire
178
Jambon mécanicien et professeur dastronomie Leroy Julien célèbre Horloger français I 9
181
Faitière II 353
183
parabolique de Huyghens II 149 451 Pivot I 37
185
Réaumur De II 190 210
190
Vent Le II 191
191
Arc I 18
196
Verge I 48 62
197
De léchappement
202
Autres dimensions et nombre dun régulateur à secondes et à poids de Berthoud avec sonnerie
203
CHAPITRE IV
204
ensuite les planches 1 à 18
18
Engrenage de la roue de champ avec le pignon de la roue de rencontre des Montres
24
Thermes de Dioclétien 1 313
27
Égalir ou arrondir 1 405
28
simple trouvée par Galilée I 73
29
TOME DEUXIÈME Le frontispice n 2 en tête et en regard du titre puis les feuilles 1 à
36
Meilleures proportions des Montres de Bréguet
46
Kindal Horloger anglais I 10
50
Levéeressort II 156
60
Verticale I 65
65
Équilibre II 59
71
Grenat II 128 note
74
Emploi du mercure par la compensation du pen Esprit I 292
78

Outras edições - Ver tudo

Palavras e frases frequentes

Passagens conhecidas

Página 438 - ... en raison directe des masses et en raison inverse du carré des distances est la double condition suivant laquelle s'ordonne de luimême le monde des mouvements astronomiques.
Página 66 - Il faudrait pour réussir dans une telle recherche , savoir exactement jusqu'à quel point les vaisseaux peuvent se dilater , connaître parfaitement leur figure , leur élasticité plus ou moins grande , leurs différentes anastomoses, le nombre, la force et la disposition de leurs valvules, le degré de chaleur et de ténacité du sang , les forces motrices qui le poussent , etc.
Página 495 - ... passer chez la lévulose) qu'en dissolvant l'alcaloïde dans des mélanges des deux liquides, les valeurs de («) devraient tomber entre ces deux limites extrêmes, et être d'autant plus grandes que l'alcool domine davantage dans le mélange, — et réciproquement. Mais tel n'est pas le cas, comme on peut s'en convaincre en jetant un coup d'œil sur le tableau suivant, qui renferme les valeurs de («) trouvées pour les différents liquides dont j'ai examiné le...
Página 64 - A peut donc aussi être supposé aussi grand qu'on voudra par rapport à celui de B, sans empêcher la possibilité de l'équilibre. Or, quand une fois on aura trouvé le point où doit être placé le corps B pour faire équilibre au corps A, on n'aura qu'à reculer un peu le corps B, et alors ce corps B, quelque petit qu'il soit, obligera le corps A de se mouvoir.
Página 356 - C'est par ce moyen, et par ce moyen seul, que l'intervalle qui sépare les phénomènes se remplira successivement par des phénomènes intercalés; qu'il en naîtra une chaîne continue, qu'ils s'expliqueront en se touchant, et que la plupart de ceux qui nous présentent des aspects si divers, s'identifieront.
Página 170 - MI supposant que l'électricité n'eût pas agi par une cause quelconque, il en résulterait que les horloges marcheraient toujours, que rien ne serait arrêté, et qu'il pourrait se faire seulement qu'elles fussent en avance ou en retard d'une ou deux minutes, et que jamais l'on ne verrait toutes les horloges arrêtées ou dérangées à la fois. Les horloges étant réglées d'ailleurs comme à l'ordinaire, l'électricité pourrait ne pas remplir ses fonctions pendant deux ou trois jours sans un...
Página 124 - ... profil * figurait une développée de la parabole. Pour aller se rendre à son point d'attache, la tige du pendule, qui n'était autre qu'un fil ou qu'une lame flexible , passait à travers une fente verticale pratiquée dans l'axe. » Dans son mouvement de rotation , l'axe entraînait le pendule, qui , par l'effet de la force centrifuge , s'éloignait plus ou moins de la verticale, en décrivant un arc de parabole; sa longueur réelle, comptée à partir du point où sa tige se dégageait entre...
Página 78 - Les chronomètres de fabrication française sont achetés au concours après une épreuve de (rois mois au Dépôt de la marine. Pendant cette épreuve ils sont soumis à la température ambiante, et à des températures voisines de 5' d'une part et de 30° de l'autre. 2°. Le plus grand écart des marches à la température ambiante, ajouté au plus grand écart des marches aux températures artificielles indiquées ci-dessus, donne, pour chaque chronomètre, un nombre N qui sert à le classer....
Página 181 - ... ce qui est inutile avec les cloches ;'et c'est au moment même où le doigt déclanche le marteau que le rouage est débrayé pour préparer un nouveau marteau et le mettre à la disposition du doigt en cas de répétition de notes. La différence entre les anciens systèmes et celui de M. Collin consiste donc à ne pas faire lever directement le marteau, mais à se servir d'un rouage intermédiaire entre le levier et la touche, ce qui rend l'effort presque nul.
Página 12 - Dans le nouvel échappement libre à remontoir , la roue d'échappement n'agit pas immédiatement sur le régulateur; mais, à chaque vibration, elle bande un ressort jusqu'à un point fixe et déterminé. Ce ressort, au retour du balancier, est lâché; de sorte qu'en se débandant, sa force restitue au balancier celle nécessaire pour entretenir son mouvement ; d'où il paraît que cette force doit toujours être constante , et par conséquent doit imprimer au balancier la même action , et que...

Informação bibliográfica