Nouvelle biographie universelle [afterw.] générale, publ. sous la direction de m. le dr. Hoefer, Volume 28

Front Cover
1859
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 773 - Quelques imitateurs, sot bétail, je l'avoue, Suivent en vrais moutons le pasteur de Mantoue. J'en use d'autre sorte ; et , me laissant guider, Souvent à marcher seul j'ose me hasarder. On me verra toujours pratiquer cet usage. Mon imitation n'est point un esclavage : Je ne prends que l'idée, et les tours, et les lois Que nos maîtres suivaient eux-mêmes autrefois. Si d'ailleurs quelque endroit, plein chez eux d'excellence, Peut entrer dans mes vers sans nulle violence, Je l'y transporte, et veux...
Page 421 - ... content du nécessaire , et les autres sont inquiets et pauvres avec le superflu. Un homme du peuple ne saurait faire aucun mal ; un grand ne veut faire aucun bien , et est capable de grands maux...
Page 689 - ... de La Fayette retrouverat-elle un tel ami, une telle société, une pareille douceur, un agrément, une confiance, une considération pour elle et pour son fils? Elle est infirme, elle est toujours dans sa chambre , elle ne court point les rues. M de La Rochefoucauld était sédentaire aussi; cet état les rendait nécessaires l'un à l'autre , et rien ne pouvait être comparé à la confiance et aux charmes de leur amitié.
Page 763 - J'aime le jeu, l'amour, les livres, la musique, La ville et la campagne, enfin tout ; il n'est rien Qui ne me soit souverain bien. Jusqu'au sombre plaisir d'un cœur mélancolique. Viens donc...
Page 769 - Tu te trompes assurément, mon cher ami, s'il est bien vrai, comme M. de Soissons me l'a dit, que tu me croies plus malade d'esprit que de corps. II me l'a dit pour tâcher de m'inspirer du courage, mais ce n'est pas de quoi je manque. Je t'assure que le meilleur de tes amis n'a plus à compter sur quinze jours de vie. Voilà deux mois que je ne sors point, si ce n'est pour aller un peu à l'Académie, afin que cela m'amuse.
Page 771 - Je n'ai pas ici la prétention de classer les Fables de La Fontaine ; ce serait en méconnaître l'esprit et attenter à leur diversité. Mais au premier rang dans l'ordre de la beauté, il faut placer ces grandes fables morales le Berger et le Roi, le Paysan du Danube* où il entre un sentiment éloquent de l'histoire et presque de la politique ; puis ces autres fables qui, dans leur ensemble, sont un tableau complet, d'un tour plus terminé, et pleines également de philosophie, le Vieillard et...
Page 421 - QUAND l'on parcourt, sans la prévention de son pays, toutes les formes de gouvernement, l'on ne sait à laquelle se tenir : il ya dans toutes le moins bon et le moins mauvais. Ce qu'il ya de plus raisonnable et de plus sûr, c'est d'estimer2 celle où l'on est né la meilleure de toutes, et de s'y soumettre 3.
Page 423 - La règle de DESCARTES , qui ne veut pas qu'on décide sur les moindres vérités avant qu'elles soient connues clairement et distinctement, est assez belle et assez juste pour devoir s'étendre au jugement que l'on fait des personnes.
Page 137 - SSÉ-MA-KOUANG , qui était présent, ne laissa pas tomber ce discours : « Les souverains sont bien à plaindre, s'écria-t-il, quand ils ont près de leurs personnes des hommes qui osent leur proposer de pareilles maximes ; elles leur ôtent la crainte du ciel; et quel autre frein sera capable de les arrêter dans leurs désordres ? Maîtres de tout , et pouvant tout faire impunément, ils se livreront sans remords à tous leurs excès ; et ceux de leurs sujets qtfi leur sont véritablement attachés...
Page 425 - Voulez-vous imprimer ceci (c'étaient les Caractères), je ne sais si vous y trouverez votre compte; mais...

Bibliographic information