Nouvelle relation: contenant les voyages dans la Nouvelle Espagne, Volume 2

Front Cover
1721
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 71 - ... leurs femmes , lorsque leurs pauvres maris sont occupez à labourer la terre; d'autres qui leur donnent le fouet, parce qu'ils leur semblent trop paresseux à travailler, ou qui leur donnent des coups d'épée, ou leur cassent la tête pour s'être voulu excuser contre leurs reproches, ou leurdérobent leurs outils , ou les privent d'une partie ou du total de leurs gages. J'en connaissais quelques-uns qui avaient accoutumé lorsqu'ils avaient semé leur froment, et qu'ils n'avaient presque plus...
Page 71 - Il y en a qui vont abuser de leurs femmes , lorsque leurs pauvres maris sont occupez à labourer la terre; d'autres qui leur donnent le fouet, parce qu'ils leur semblent trop paresseux à travailler, ou qui leur donnent des coups d'épée, ou leur cassent la tête pour s'être voulu excuser contre leurs reproches, ou leurdérobent leurs outils , ou les privent d'une partie ou du total de leurs gages. J'en connaissais quelques-uns qui avaient accoutumé lorsqu'ils...
Page 22 - ... religieux de la Merci sont magnifiques, où il ya cent religieux dans chacun. » Le plus somptueux, celui des Jacobins, renfermait, paraît-il, une lampe d'argent pendue devant le maîtreautel et si grande qu'il fallait trois hommes pour la hisser. Dans la chapelle du Rosaire était une image de la vierge Marie de pur argent de la grandeur d'une femme de belle taille. Après venait le couvent des religieuses, « où l'on comptait pour le moins mille personnes, tant de religieuses, que de leurs...
Page 71 - ... coups d'épée, ou leur cassent la tête pour s'être voulu excuser contre leurs reproches, ou leurdérobent leurs outils , ou les privent d'une partie ou du total de leurs gages. J'en connaissais quelques-uns qui avaient accoutumé lorsqu'ils avaient semé leur froment, et qu'ils n'avaient presque plus affaire des Indiens, de retenir chez eux tous ceux qui leur avaient été donnés pour leurs fermes, et sachant bien l'affection que ces pauvres gens avaient de retourner en leurs familles, après...
Page 37 - Chili , trop affamez de l'or , firent mourir les Indiens pour ne leur avoir pas voulu montrer l'endroit d'aû ils le tiroient : de forte qu'ils pendirent en même-tems les Indiens &C leur trefor.
Page 103 - Efpagnols; mais dans le cœur ils ont beaucoup de peine à croire ce qui furpafîe les fëns , la nature , & ce qui ne paroît pas vifible aux yeux.
Page 26 - Con vent, & il ne faut pas douter qu'ai-vec toutes les richefles elle n'eût le moyen de gagner de plus en plus l'affection des Religieufes, & de former un parti afTez.puiflant j>our la faire élire Supérieure par le nombre de leurs fujfFrages.

Bibliographic information