Occupe-toi d'Amélie

Front Cover
Le Livre de Poche, Mar 16, 2012 - Fiction - 296 pages
0 Reviews

Édition enrichie (Préface, notes, bibliographie, filmographie et chronologie)

Tout avait pourtant bien commencé : grâce à une petite ruse, l'annonce mensongère de son futur mariage, Marcel Courbois - qui ne pouvait hériter de l'immense fortune de son père que s'il renonçait au célibat - allait enfin pouvoir toucher au sommet du bonheur : à lui les millions, Paris et ses femmes, les folles soirées chez Maxim's, la haute noce, en somme, telle qu'on savait encore la faire à la Belle Epoque...
Malheureusement, un beau matin, il avait découvert sous ses draps la belle Amélie que son ami Etienne lui avait prêtée pour qu'elle jouât la fiancée... mais pas davantage... Quelques verres superflus lui avaient fait outrepasser le programme : il s'était vraiment trop occupé d'Amélie. Ce fut le commencement de ses ennuis.

Feydeau était un grand comique. Le plus grand après Molière... Les pièces de Feydeau ont la force, la progression et la violence des tragédies. Elles en ont l'inéluctable fatalité. Devant les tragédies, on étouffe d'horreur. Devant Feydeau, on étouffe de rire.
Marcel Achard.

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

About the author (2012)

Georges Feydeau (1862-1921) a tres tot neglige ses etudes pour se consacrer au theatre. Encourage par Labiche, la representation de sa premiere grande piece, "Tailleur pour dames", au Theatre de la Renaissance, a ete bien accueillie.A travers une production tres abondante (pres d'une piece par an), il a renouvele le genre du vaudeville en proposant une etude plus approfondie des caracteres. Il a ainsi aborde le genre de la vraie comedie avec "Le Bourgeon" (1906) et "La main passe" (1907) mais a surtout excelle dans des pieces en un acte, farces conjugales reposant sur des moyens volontairement rudimentaires et neanmoins reellement droles du fait du jeu des artifices et des quiproquos, a l'image de "Feu la mere de madame, On purge bebe" (1910), "Mais n'te promene donc pas toute nue" ! (1912; Mille et une nuits, 2001).

Bibliographic information