Oeuvres, Volume 2

Front Cover
1791
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 165 - Pour Alexis. Cinq ans , en dépit d'elle-même , Passa les jours A se reprocher qu'elle l'aime , L'aimant toujours. Pour chasser de sa souvenance L'Ami secret, On se donne tant de souffrance Pour peu d'effet : Une si douce fantaisie Toujours revient ; En songeant qu'il faut qu'on l'oublie, On s'en souvient. Alix...
Page 170 - Depuis cet acte de sa rage, Tout effrayé, Dès qu'il est nuit , il voit l'image De sa moitié , Qui, du doigt montrant la blessure De son beau sein, Appelle avec un long murmure . Son assassin.
Page 436 - Scarron , doué d'une belle imagination , est bien loin de tomber dans une pareille erreur. Il nous reste de lui une pièce ' fugitive qui prouve encore de quel engouement on peut être pour les Chats ; il conte une aventure qui vous paraîtra , comme à moi , j'en suis sûr, très-propre à former le sujet d'une excellente Comédie.
Page 169 - Par ces tristes mots ranimée, Alix parla. Alexis, j'ai ma foi donnée, Un autre l'a : Je ne dois vous ouïr de ma vie Un seul instant : Mais ne mourez pas, je vous prie , Partez pourtant.
Page 167 - Me départis ; Non qu'un instant en moi je pense De l'oublier, Mais pour mourir de ma constance A le pleurer. Marchand , est-ce or en broderie Que ce trésor ! — Madame, hélas ! ce que j'envie Surpasse l'or. '— Sont-ce rubis î — J'aurais sans peine Rubis perdus.
Page 168 - J'en ai tiré la chère image De souvenir. J'ai, la voyant, l'ame remplie De désespoir , Et ne garde pourtant la vie Que pour la voir. Ne tardez pas , j'en meurs d'envie , Arménien , Que cette image tant chérie Je voie enfin.
Page 304 - Elle revint le jour d'après ; On ne vit que ma mie. Si quelque nymphe a le crédit D'être toujours nouvelle A vos yeux, comme à votre esprit, Tenez, c'est toujours elle. 87 L'autre matin, sous ces buissons, Une nymphe jolie Me dit : " J'aime tant vos chansons ! " Je dis :
Page 372 - Une fascheuse et longue maladie, Et que long temps je gard'ray la maison, Comme le chat, qui en toute saison De son seigneur le logis n'abandonne, Et soit printemps, soit esté, soit autonne...
Page 175 - Tout haut répond : j'ai failli de mourir ; Et puis tout bas : las ! j'ai bien à souffrir ! Ma sœur, ma sœur , je ne vois d'aumôniers, De clercs aucuns , aussi peu d'écuyers ? Tout haut : pour Rome un chacun est parti ; Tout bas : mon frère , hélas ! j'ai bien pâti...
Page 438 - Vous croyez bien, madame, que je recueillis très précieusement cette circonstance, espérant bien d'en tirer la conséquence naturelle que, dans l'enfance, le goût pour les chats peut être regardé comme le présage d'un mérite supérieur. Nous avons d'ailleurs des preuves que ce même goût subsiste encore quand la raison est venue, n'étant point incompatible avec les occupations les plus sérieuses ; on voit que...

Bibliographic information