Oeuvres complètes de Buffon, Volume 4

Front Cover
P.-H. Krabbe, 1854 - Nature
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 138 - ... qu'elle recèle dans son sein, et elle s'en prive en leur faveur : elle les rappelle lorsqu'ils s'égarent, les met sous ses ailes à l'abri des intempéries, et les couve une seconde fois; elle se livre à ces tendres soins avec tant d'ardeur et de souci , que sa constitution en est sensiblement...
Page 183 - ... les longues plumes de sa queue déploient, en se relevant, leurs richesses éblouissantes; sa tête et son cou, se renversant noblement en arrière, se dessinent avec...
Page 21 - ... de manière qu'à tout prendre et tout considérer, il est toujours vrai de dire que, toutes choses égales d'ailleurs, le nombre dans le produit de la génération est proportionnel à la petitesse de l'animal , dans les oiseaux comme dans les quadrupèdes.
Page 5 - Nature; il est donc souvent arrivé des mélanges fortuits et volontaires entre les animaux, et sur -tout parmi les oiseaux qui souvent, faute de leur femelle , se servent du premier mâle qu'ils rencontrent, ou du premier oiseau qui se présente : le besoin de s'unir est chez eux d'une nécessité si pressante, que la plupart sont malades et meurent lorsqu'on les empêche d'y satisfaire.
Page 366 - ... de nos chansons. Le serin peut parler et siffler ; le rossignol méprise la. parole autant que le sifflet, et revient sans cesse à son brillant ramage. Son...
Page 360 - ... terre. Il ya peu d'oiseaux si ardens, si puissans en amour. On en a vu se joindre jusqu'à, vingt fois de suite, toujours avec le même empressement , les mêmes trépidations , les mêmes expressions de plaisir ; et ce qu'il ya de singulier, c'est que la femelle paroît s'impatienter' la première d'un jeu qui doit moins la fatiguer que le mâle , mais qui peut lui plaire aussi beaucoup moins, parce qu'il n'ya nul préliminaire, nulles caresses, nul assortiment à la chose ; beaucoup de pétulance...
Page 25 - Quoiqu'il ait l'aile très forte , comme il a peu de souplesse dans les jambes , il a quelque peine à s'élever de terre, surtout lorsqu'il est chargé : il emporte aisément les oies , les grues; il enlève aussi les lièvres et même les petits agneaux, les chevreaux : et lorsqu'il attaque les faons et les...
Page 17 - ... ce qui doit en résulter : les oiseaux qui sont forcés, pour déposer leurs œufs, de construire un nid que la femelle commence par nécessité , et auquel le mâle amoureux travaille par complaisance, s'occupant ensemble de cet ouvrage, prennent de l'attachement l'un pour l'autre : les soins multipliés , les secours mutuels, les inquiétudes communes, fortifient ce sentiment, qui augmente encore et qui devient plus durable par une seconde nécessité...
Page 473 - ... voit celle du pigeon s'enfler et se distendre ; au lieu que le son du hocco, et sur-tout celui de l'Agami, sont produits dans une partie plus basse , si éloignée de la gorge , qu'on est tenté de rapporter leur issue à l'ouverture opposée, par le préjugé dont je viens...
Page 50 - Il ne se repose presque jamais et parcourt chaque jour des espaces immenses; et ce grand mouvement n'est point un exercice de chasse, ni...

Bibliographic information