Oeuvres complètes de George Sand: Les beaux messieurs de Bois-doré

Front Cover
Levy, 1890
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 108 - ... vous ririez de voir comme tous les vices et toutes les vertus sont jetés pêlemêle dans le fond de ces provinces ; car je trouve des âmes de paysans plus droites que des lignes , aimant la vertu comme naturellement les chevaux trottent.
Page 62 - Quoi de plus beau, s'écriait-il, que cette lettre de la bergère à son amant : « Je suis soupçonneuse, je suis jalouse, je suis difficile à gagner et facile à perdre, et plus aysée à offenser, et très-malaysée à rapaiser. Il faut que mes volontés soient des destinées, mes opinions des raisons et mes commandements des lois inviolables.
Page 65 - Elles avaient les manches de la « robe retroussées jusque sur le coude, « d'où sortait un linomple délié qui, « froncé, venait finir auprès de la main, « où d,eux gros bracelets de perles le te
Page 319 - Ce n'étaient pas les hommes vieillis dans les luttes du siècle précédent qui pouvaient rajeunir le siècle nouveau ; mais les enfants avaient du cœur ; ils en ont toujours quand on les laisse faire ! Lauriane, enthousiasmée de la belle conduite des.
Page 65 - Les tentures représentaient des dames fluettes et charmantes et de jolis petits messieurs, qu'à leurs panetières et houlettes il fallait bien reconnaître pour des pastourelles et des bergers. Les noms des principaux personnages de l'Astrée étaient...
Page 277 - ... en personne aux derniers périls. Il ne faut donc pas trop se moquer de l'Astrée, et même il faut voir avec intérêt la vogue de ce livre. C'est , au milieu des turpitudes sanguinaires des discordes civiles, un cri d'humanité, un chant d'innocence, un rêve de vertu qui montent vers le ciel.
Page 65 - Lignon, poussé de l'eau et couché dans les buissons entre la vie et la mort , mais recueilli par « trois belles nymphes dont les' cheveux épars allaient ondoyant sur les épaules, couverts d'une guirlande de diverses perles. Elles avaient les manches de la robe retroussées jusque sur le coude , d'où sortait un linomple délié, qui, froncé, venait finir auprès de la main, où deux gros bracelets de perles le tenaient attaché.
Page 66 - Si je vis, comment est-il possible que la cruauté d'Astrée ne me fasse mourir? » Pendant ce monologue, Sylvie disait à Galatée : «II ya, en ses façons et ses discours, quelque chose de plus généreux que le nom de berger ne porte.
Page 287 - ... vérité, quand ce papier se présentera devant vos yeux, je m'asseure que la grandeur de mon mal obtiendra par pitié autant de pardon envers vous, que l'outrecuidance qui m'élève à tant de mérites pourrait mériter de juste punition.
Page 65 - On y voyait, sur un panneau du salon de compagnie, l'infortuné Céladon se précipitant avec une grâce tortillée dans l'onde bleue du Lignon, qui d'avance se ridait en ronds, dans la prévision de sa chute. Derrière lui, l'incomparable Astrée, lâchant la bonde à ses pleurs, accourait trop tard pour le retenir, bien qu'il eût le pied levé jusque dans la main de la bergère. Au-dessus de ce groupe pathétique, un arbre, plus mouton que les moutons de ces fantastiques prairies, élevait jusqu'au...

Bibliographic information