Oeuvres complètes de Regnier: Revues sur les éditions originales avec préf., notes et glossaire

Front Cover
Lemerre, 1874 - 264 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 110 - Estimez vos amans selon le revenu : Qui donnera le plus qu'il soit le mieux venu. Laissez la mine à part, prenez garde à la somme. Riche vilain vaut mieux que pauvre Gentil-homme. Je ne juge, pour moy, les gens sur ce qu'ils sont, Mais selon le profit et le bien qu'ils me font. Quand l'argent est meslé, l'on ne peut reconnoistre Celuy du serviteur avec celuy du maistre.
Page 65 - Contraire à ces resveurs dont la Muse insolente, Censurant les plus vieux, arrogamment se vante De reformer les vers, non les tiens seulement, Mais veulent déterrer les Grecs du monument, Les Latins, les Hébreux et toute l'antiquaille. Et leur dire en leur nez qu'ils n'ont rien fait qui vaille.
Page 66 - Prendre garde qu'un qui ne heurte une diphtongue ; Épier si des vers la rime est brève ou longue ; Ou bien si la voyelle, à l'autre s'unissant, Ne rend point à l'oreille un vers trop languissant.
Page 65 - Desportes n'est pas net ; du Bellay trop facile ; Belleau ne parle pas comme on parle à la ville ; II a des mots hargneux, bouffis et relevés Qui du peuple aujourd'hui ne sont pas approuvés.
Page 66 - Épier si des vers la rime est brève ou longue ; Ou bien si la voyelle, à l'autre s'unissant, Ne rend point à l'oreille un vers trop languissant. Et laissent sur le vert le noble de l'ouvrage.
Page 105 - Enfin, comme en caquet ce vieux sexe fourmille, De propos en propos et de fil en esguille Se laissant emporter au flus de ses discours, Je pensé qu'il falloit que le mal eust son cours.
Page 235 - D'ôter de ce nombre arrêté La luxure et l'impatience. 132 Épitaphe de Régnier T'AY vécu sans nul pensement, Me laissant aller doucement A la bonne loy naturelle, Et si m'étonne fort pourquoy La mort osa songer à moy, Qui ne songeay jamais à elle...
Page 40 - II masque ses discours comme sur un théâtre ; Subtil, ambitieux, l'honneur il idolâtre : Son esprit avisé prévient le repentir, Et se garde d'un lieu difficile à sortir.
Page 113 - Ou qu'il faut qu'au rebours je sois l'un des plus fous. C'est de notre folie un plaisant stratagesme, Se flattant, de juger les autres par soy-mesme. Ceux qui pour voyager s'embarquent dessus l'eau Voyent aller la terre, et non pas leur vaisseau...
Page 69 - Cognoissez les humeurs qu'il verse dessus nous, Ce qui se fait dessus, ce qui se fait dessous ; Portez une lanterne aux cachots de nature; Sachez qui donne aux fleurs cette aimable peinture ; Quelle main sur la terre en broye la couleur...

Bibliographic information