Oeuvres de Gresset ...

Front Cover
Chez Ant. Aug. Renouard., 1811 - 444 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 167 - N'ont pas le sens commun. FRONTIN. II faut faire une fin ; Et ma vocation est d'épouser Lisette : J'aimois assez Marton, et Nérine, et Finette, Mais quinze jours chacune, ou toutes à la fois; Mon amour le plus long n'a point passé le mois : Mais ce n'est plus cela, tout autre amour m'ennuie; Je suis fou de Lisette, et j'en ai pour la vie. CLÉON.
Page 241 - Eh bien, on dit ailleurs qu'Éraste est amusant. Si vous parlez des faits et des tracasseries, Je n'y vois, dans le fond, que des plaisanteries ; Et si vous attachez du crime à tout cela, Beaucoup d'honnêtes gens sont de ces fripons-là : L'agrément couvre tout, il rend tout légitime.
Page 247 - Ou sans cesse essuyer des scènes de dépit, Des fureurs sans amour, de l'humeur sans esprit; Un amour-propre affreux , quoique rien ne soutienne... LISETTE. Au fond je ne vois pas ce qui la rend si vaine.
Page 255 - Cléon d'une affreuse satire , Géronte ne croit rien : nul doute , nul soupçon N'a pu faire sur lui la moindre impression... Mais ils viennent, je crois : sortons, je vais attendre Que Cléon soit tout seul.
Page 150 - L'agrément de cet âge en couvre les défauts : Eh ! qui donc n'est pas fat? tout l'est, jusques aux sots. Mais le temps remédie aux torts de la jeunesse. FLORISE. Non ; il peut rester fat : n'en voit-on pas sans cesse Qui jusqu'à cinquante ans gardent l'air éventé, Et sont les vétérans de la fatuité?
Page 165 - En conscience, Cela vise à nous voir donner notre congé. Déjà, vous le savez, et j'en suis affligé, Pour vos maudits plaisirs on nous a pour la vie Chassés de vingt maisons.
Page 191 - Ah ! tu saurois trop bien qu'on ne peut s'y méprendre ; Que rien ne lui ressemble , et que ce sont des traits Qu'avec d'autres, Lisette, on ne confond jamais. Le doux saisissement d'une joie imprévue , Tous les plaisirs du cœur m'ont remplie à sa vue : J'ai voulu l'appeler, je l'aurois dû , je crois ; Mes transports m'ont ôté l'usage, de la voix, II étoit déjà loin...
Page 295 - Je suis avec un profond respect, MONSEIGNEUR, Votre très humble et très obéissant serviteur, RACINE.
Page 139 - Je ne me pique pas d'avoir de la mémoire. Les rapports font toujours plus de mal que de bien; Et de tout le passé je ne sais jamais rien.
Page 173 - Paris ! il m'ennuie à la mort, Et je ne vous fais pas un fort grand sacrifice En m'éloignant d'un monde à qui je rends justice; Tout ce qu'on est forcé d'y voir et d'endurer Passe bien l'agrément qu'on peut y rencontrer; Trouver à chaque pas des gens insupportables , Des flatteurs , des valets , des plaisants détestables , Des jeunes gens d'un ton, d'une stupidité!... Des femmes d'un caprice, et d'une fausseté!... Des prétendus...

Bibliographic information