Oeuvres de Walter Scott, Volume 3

Front Cover
Furne, 1835
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 32 - Mémoires de Bilboquet. Une immense et antique table de chêne était entièrement couverte de papiers, de parchemins, de livres et d'ustensiles de différents métaux qu'il serait impossible de décrire, et qui n'avaient guère d'autre mérite que la rouille qui en annonçait l'antiquité. Au milieu de ces débris des temps passés, et avec une gravité comparable à celle de Marius assis sur les ruines de Carthage, était un gros chat noir...
Page 124 - Pour que je sois volé et assassiné quelque nuit en allant d'un village à l'autre, répondit le mendiant , ou pour que je sois toujours dans la crainte de l'être, ce qui ne vaut guère mieux ! Eh ! si l'on me voyait changer un billet de banque, qui serait ensuite assez fou pour me faire l'aumône ? » Admirable dialogue ! Walter Scott ici n'est plus un romancier : c'est un philosophe, c'est un publiciste.
Page 124 - Soyez sûr que je ferai tout ce qui dépendra de moi pour la prévenir ou pour la réparer si elle arrive. A vous de cœur. Que devenez-vous? Dans ce grand bouleversement on ne sait plus où se retrouver. Enfin vous avez pensé à moi pour un acte de justice et je vous en remercie. Au milieu de tous les propos...
Page 36 - Que de fois j'ai marchandé jusqu'à un demi-sou, de crainte qu'en accordant trop aisément le prix qu'on me demandait, je ne fisse soupçonner la valeur que j'attachais à l'ouvrage! Que de fois j'ai tremblé que quelque passant ne vînt se mettre entre moi et ma prise ! Que de fois j'ai regardé le pauvre étudiant en théologie, qui s'arrêtait pour ouvrir un livre sur l'étalage, comme un amateur rival ou un libraire déguisé ! Et puis, monsieur...
Page 79 - Arthur, n'est-il donc nul moyen?... ne pouvez- vous rien imaginer?... Je vous ferai riche... je vous donnerai une ferme... je vous... — Nos fortunes seront, bientôt égales, dit le mendiant en jetant un regard sur les flots conjurés. Elles le sont déjà, car je n'ai pas un pouce de terre, et vous donneriez toute votre baronnie pour la plus petite pointe de rocher qui resterait à sec pendant douze heures.
Page 32 - Le plancher, la table , les chaises , tout en un mot était inondé par cette mer de babioles savantes , parmi lesquelles il aurait été aussi difficile de trouver l'objet qu'on aurait cherché , que d'en faire un usage quelconque après l'avoir trouvé.
Page 311 - Personne , dans sa famille, n'avait osé lui adresser un mot de tendresse et de consolation. Sa femme, cette véritable virago, toute maîtresse absolue qu'elle prétendait être avec raison dans les occasions ordinaires, était réduite au silence et à la soumission par la consternation que lui causait la...
Page 366 - Pouvez-vous me dire , monsieur le bailli , vous qui connaissez les lois , ce qu'il m'en reviendra de répondre à vos questions ? — Ce qu'il vous en reviendra ! rien , si ce n'est qu'en me disant la vérité, et en me prouvant votre innocence, vous me mettrez peut-être en état de vous rendre la liberté. — Mais il me semble , monsieur le bailli , qu'il serait plus juste que ceux qui m'accusent prouvassent ma culpabilité , an lieu d'exiger de moi que je prouve mon innocence.
Page 139 - Je ne demande à la société que la permission de parcourir tranquillement les sentiers de la vie, sans coudoyer les autres et sans me laisser coudoyer moimême. Je ne dois rien à personne : j'ai les moyens de me maintenir dans une indépendance complète, et mes désirs sont si modérés, que ces moyens, quoique limités, von t au-delà de ce que je puis souhaiter.
Page 311 - Vous serez un brave garçon si vous vivez, Patie , lui dit-il, mais vous ne serez jamais, vous ne pouvez jamais être ce qu'il était pour moi. Depuis l'âge de dix ans, il montait avec moi la barque; et d'ici à Buchan-Ness personne ne tirait mieux un lilet.

Bibliographic information