Alceste. Les hommes. Deucalion et Pirrha. Le derviche. Le financier. Extraits de quelques comédies. Le grazie

Front Cover
Chez Prault, 1762
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 98 - d'un naufrage, & qui fe trouvant le feul homme , dans une Ifle, avec fix jeunes filles, fe recueille dans la joie de fon cœur , & fe prépare à les époufer
Page 48 - dans les différentes parties de cette figure. . . Vois comme elle commence à fe mouvoir... Elle ouvre les yeux... Le feu divin y brille... Ne juges-tu pas à propos que nous nous rendions invifibles, & que nous ne
Page 68 - à vos pieds fes tréfors, & le Magiftrat y dépofer fa gravité, fa morgue & la balance de Thémis. Comme les Dieux, vous difpoferez des cœurs & ferez avec moi les divinités de la terre.
Page 64 - Minerve avoit gouverné les hommes , elle leur auroit infpiré de la douceur, de la modération, les auroit fait vivre tous dans une égale abondance ; qu'alors , n'ayant pas befoin les uns des autres, chacun feroit demeuré enfeveli dans un ftérile repos , & que par .conféquent l'univers ne fe feroit point embelli ; au lieu que leur
Page 145 - un homme eft en place ; un autre tient une bonne maifon -, c'eft: avec la place, c'eft avec la bonne maifon que l'on vit. LE CHEVALIER. Oh pour moi, je ne me fuis jamais foucié
Page 58 - nous l'avons animée de préférence. LA FOLIE. Comment donc je ferai feul ? MERCURE. Oui. LA FOLIE Eh , que ferai-je feul ? MERCURE. Tu admireras les merveilles de la nature. LA FOLIE. Admirer
Page 73 - fatisfait s'explique Par le plus charmant des accords. Vous plaire eft notre unique envie,' Vous décidez de nos deftins : Sans ce doux concert de vos mains Que deviendroit Thalie
Page 59 - cœur fi méchant qu'au lieu de vivre en paix les uns avec les autres, ils ne chercheroient qu'à fe nuire, à fe tromper, à s'opprimer , à fe détruire.
Page 212 - cependant fort naturelle. Une femme qui craindroit que fon •amant ne la vît à fa toilette, & qui ne lui infpireroit de l'amour que par des appas
Page 97 - Théâtre. Quoi, on y peut mettre des hommes aflez barbares pour arrofer * les autels de leurs Dieux du fang de tout étranger qui aborde dans leur pays

Bibliographic information