Oeuvres diverses de m. de Fontenelle, Volume 5

Front Cover
Chez Antoine van Dole, 1736
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 179 - F & vui& utilement ; pénétrer par des conduits fouterrains dans l'intérieur des familles , & leur garder les fecrets qu'elles n'ont pas. confiés, tant qu'il n'eft pas...
Page 115 - Petit, anglais, a fait voir dans son arithmétique politique, combien de connaissances nécessaires au gouvernement se réduisent à des calculs du nombre des hommes , de la quantité de nourriture qu'ils doivent consommer, du travail qu'ils peuvent faire , du temps qu'ils ont à vivre , de la fertilité des terres , de la quantité des naufrages dans les navigations, etc. Ces connaissances, et beaucoup d'autres pareilles étant acquises par l'expérience , et posées pour fondement , combien de...
Page 300 - Il n'emploie à chaque moment que ce mot pour exprimer la force active des corps ; force , à la vérité, inconnue, et qu'il ne prétend pas définir; mais si elle pouvait agir aussi par impulsion , pourquoi ce terme plus clair n'aurait-il pas été préféré?
Page 305 - L'art de faire des expériences porté à un certain degré, n'est nullement commun. Le moindre fait qui s'offre à nos yeux est compliqué de tant d'autres faits qui le composent ou le modifient, qu'on ne peut sans une extrême adresse démêler tout ce qui y entre, ni même sans une sagacité extrême soupçonner tout ce qui peut y entrer.
Page 178 - Mais qui voudroit le connoître & l'approfondir , en feroit effrayé. Entretenir perpétuellement dans une ville telle que Paris , une confommation immenfe , dont une infinité d'accidens peuvent toujours tarir quelques fources ; réprimer la tyrannie des marchands , à l'égard du public , & en même...
Page 207 - Normandie , n'avoit que 1 800 livres de rente ; il en détacha 300 qu'il donna par contrat à M. Varignon. Ce peu...
Page 304 - L'autre, plus timide, ou plus modeste, a commencé sa marche par s'appuyer sur les phénomènes, pour remonter aux principes inconnus, résolu de les admettre, quels que les pût donner l'enchaînement des conséquences.
Page 96 - Dès qu'il fut élevé à ce pofte , il donna à la cour un fpectacle rare & fingulier ; il diminua beaucoup les revenus de fa charge. Il fe retrancha ce que les autres médecins fubalternes de la cour payoient pour leur ferment ; il abolit des tribus qu'il trouva établis fur les nominations aux chai- ' res royales de profetfeur en médecine dans les diverfes univeriites.
Page 311 - Parlement de 1701, ilfutchoifï de nouveau Membre de cette Affemblée pour l'Univerfité de Cambridge. Après tout, c'eft peut-être une erreur de regarder les Sciences & les affaires comme fi incompatibles , principalement pour les hommes d'une certaine trempe. Les affaires politiques bien entendues fe réduifent elles-mêmes à des calculs très-fins , & à des combinaifons délicates , que les. Efprits accoutumés aux hautes fpéculations faifîflentplus facilement & plus fûrement...
Page 304 - L'un part de ce qu'il entend nettement pour trouver la caufe de ce qu'il voit. L'autre part de ce qu'il voit pour en trouver la caufe, foit claire, foit obfcure.

Bibliographic information