Oeuvres diverses en vers et en prose

Front Cover
chez Ant. Aug. Renouard, 1813 - 401 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 186 - Oh! le fâcheux dieu! 11 ne parle jamais que de sobriété et d'abstinences; et nous autres beaux esprits, quoique ses frères en Apollon, nous ne le pouvons plus souffrir, surtout depuis qu'il n'a plus voulu entreprendre de guérir messieurs de...» de la folie de juger des ouvrages. Je le tiens de la Faculté ; je lui pardonne pourtant volontiers la défense qu'il vous a faite de m'écrire de belles lettres; mais non pas de m'écrire, comme vous faites, tout ce qui vous vient au bout de la plume,...
Page 46 - Enfin , je n'y ai rien trouvé à redire que de n'être pas assez long ; cela ne me paroît pas un défaut dans un ouvrage de cette nature, où il faut montrer un air libre, et affecter même quelquefois , à mon avis, un peu de négligence. Cependant, Monsieur , comme dans l'endroit de ce manuscrit où vous parlez de moi magnifiquement, vous prétendez que, si j'entreprenois de louer M.
Page 62 - , entre mille roseaux, Le Rhin tranquille, et fier du progrès de ses eaux, Appuyé d'une main sur son urne penchante, Dormoit au bruit flatteur de son onde naissante ; Lorsqu'un cri tout à coup suivi de mille cris, Vient d'un calme si doux retirer ses esprits.
Page 46 - Je ne devois dans les règles , monsieur , répondre à votre obligeante lettre, qu'en vous renvoyant l'agréable manuscrit que vous m'avez fait remettre entre les mains; mais ne me sentant pas disposé à m'en dessaisir, j'ai cru que je ne pouvois pas différer davantage à vous en faire mes remercîmens , et à vous dire que je l'ai lu avec un plaisir extrême ; tout m'y ayant paru également fin, spirituel, agréable et ingénieux.
Page 186 - D'où vient donc que vous avez songé à m'en écrire une ? Est-ce que vous vouliez m'apprendre mon métier, et que vous pensez savoir mieux que moi où il faut placer les belles figures, et les comparaisons du soleil? La vérité est cependant que votre plume a mieux fait que vous , et non-seulement ne s'est point guindée pour me dire de belles choses , mais , en me disant des choses trèsbadines, m'a autorisé à vous en dire de pareilles; c'est de quoi je m'accommode fort , et dont je saurai...
Page 187 - Je n'ai pas l'honneur de le connoître ; mais , supposé qu'il y ait chez vous beaucoup de pareils habitants , je ne doute point que les Muses n'abandonnent dans peu les rives du Permesse , pour s'aller habituer aux bords de la rivière d'Eure. Il a raison de soutenir le parti de Voiture , puisqu'il lui ressemble beaucoup , et qu'en le défendant il défend sa propre cause , aux pointes près , dont je ne le vois pas fort amoureux. J'ose vous prier , Monseigneur , de lui bien témoigner l'estime...
Page 200 - J5i vos yeux ont eu le pouvoir De m'empêcher d'être poète , Daignez un jour me venir voir, Vous rendrez ma santé parfaite. Malade en état si piteux , Direz-vous , est inguérissable ; Et puis , que faire d'un goutteux? Sa foiblesse est mal incurable. Malgré ces beaux raisonnements, Respectez cette infortunée , En faveur d'illustres parents Dont elle a l'honneur d'être née.
Page 188 - J'ose vous prier , monseigneur, de lui bien témoigner l'estime que je fais de lui, et la reconnoissance que j'ai de l'estime qu'il fait de moi. Mais de quoi je vous conjure encore davantage, c'est de bien marquer à madame -de N.... et à madame de Q.... la sincère vénération que j'ai pour elles, et de' croire qu'il n'ya personne qui soit avec plus de sincérité et de respect que moi.
Page 47 - Grammont, je courrois risque, en le flattant, de le dévisager , trouvez bon que je transcrive ici huit vers qui me sont échappés ce matin en faisant réflexion sur la vigueur d'esprit que cet illustre comte conserve toujours, et que j'admire d'autant plus...
Page 199 - J'ai envoyé chercher au coin de la rue un garçon poete qui copioit mes vers autrefois , quand j'en faisois ; et , comme les méchantes choses se retiennent aisément, il a appris par malheur à en faire. Vous verrez même bien que c'est lui qui a fait ceux que vous venez de lire. Pour moi, dont la métamorphose Me rend, grâces à vous, à la simplicité, Je vais désormais de la prose Emprunter la naïveté , Pour mêler avec autre chose Quelque galante vérité. Fille d'une illustre comtesse...

Bibliographic information