Origines gauloises, celles des plus anciens peuples de l'Europe, puisées dans leur vraie source, ou, Recherches sur la langue, l'origine et les antiquités des Celto-Bretons de l'Armorique, pour servir à l'histoire ancienne et moderne de ce peuple, et à celle des Français

Couverture
P.F. Fauche, 1801 - 355 pages
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page iii - Origines gauloises , an 5 , in-8 , dans lequel il cherche 3 démontrer les rapports physiques et moraux des bretons de l'Armorique avec les anciens gaulois, et à établir l'identité de la langue de ces deux peuples sur la conformité qui règne encore entre le bas-breton et la langue en usage dans les diverses contiées de l'Europe et de l'Asie, où les gaulois portèrent leurs armes victorieuses, et formèrent des étiblissemens.
Page lxvi - Pauvre, mais fier, il vient de refuser le don d'une terre que lui offrait le chef de sa famille. Ses mœurs sont simples, sa vie est sobre; il ne jouit que du modique traitement de capitaine à la suite et ne se plaint pas. « Plein d'érudition, parlant toutes les langues, son instruction égale sa bravoure, et on lui doit l'ouvrage intéressant intitulé : Les Origines gauloises.
Page lxvi - Rhin, remplace le fils de son ami, et, pendant deux campagnes, le sac sur le dos, toujours au premier rang, il est à toutes les affaires et anime les grenadiers par ses discours et son exemple. « Pauvre, mais fier, il vient de refuser le don d'une terre que lui offrait le chef de sa famille. Ses mœurs sont simples ; sa vie est sobre. Il ne jouit que du modeste traitement de capitaine à la suite, et ne s'en plaint pas.
Page lxv - Tour d'Auvergne. Il obéit, et bientôt ce corps fut nommé par les ennemis la colonne infernale. « Un de ses amis n'avait qu'un fils dont les bras étaient nécessaires à sa subsistance. La conscription l'appelle.
Page lxvii - Supérieur aux craintes comme aux espérances , tout me fait un devoir de refuser un titre qui, à mes yeux, ne paraît applicable à aucun soldat français, et sur-tout à un soldat attaché à un corps où l'on ne connut jamais ni premier , ni dernier. Je suis trop jaloux de conserver l'estime et l'amitié des valeureux grenadiers, pour consentir à blesser leur délicatesse.
Page lxix - D'AUVERGNE a trouvé une mort glorieuse. Les soldats à la tète desquels il combattit si souvent lui doivent un témoignage solennel de regret et d'admiration. En conséquence, le général en chef ordonne :
Page lxiv - ... avec une reconnaissance respectueuse le sabre d'honneur qui m'a été accordé par le héros qui a acquis sur tous les Français jaloux de la gloire de la liberté et du repos de leur pays , les mêmes droits que la patrie dont les destinées lui sont confiées. > En l'acceptant, j'ai pensé qu'on ne...
Page lxvi - Tant de vertus et de talens appartien» nent à l'histoire ; mais il appartient au pre» mier consul de la devancer. » Le premier consul , citoyen , a entendu ce précis avec l'émotion que j'éprouvais moimême , il vous a nommé sur-le-champ premier grenadier des armées de la république , et vous décerne un sabre d'honneur. » Salut et fraternité ,
Page lxvii - ... n'être pas vivement affecté de voir attacher à ses faibles services un prix aussi énorme ? Supérieur aux craintes comme aux espérances , tout me fait un devoir de refuser un titre qui , à mes yeux, ne paraît applicable...
Page 319 - Cadiuus j et devenu depuis , par son mélange avec les langues asiatiques, le grec célèbre, si supérieur à toutes les autres langues savantes. Le grec moderne en a été formé par corruption ; de même que le vieux latin , tel qu'il était connu avant le passage des grecs en Italie. Celui-ci est devenu, par son mélange avec le grec et le celtique, le latin célèbre, qui est encore de nos jours la langue universelle des savans, et celle du sanctuaire : cette langue, transplantée dans divers...

Informations bibliographiques