Paléographie des chartes et des manuscrits du XIe au XVIIe siècle

Front Cover
Auguste Aubry, 1854 - Paleography - 156 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page vi - ... recherches entreprises sur tous les points de la France acquerront de valeur et de certitude. L'enseignement des habiles professeurs de l'école des chartes ne s'adresse qu'à un petit nombre d'élèves rassemblés à Paris. D'une autre part, les traités de paléographie qui sont entre les mains des savants ne sont que d'un faible secours pour ceux qui veulent se livrer à cette étude. Les ouvrages des bénédictins sont trop volumineux ou manquent de méthode; d'autres offrent des planches...
Page 20 - ... époque. On retranchait, augmentait, transformait les lettres d'un même nom, suivant l'idée du copiste, qui écrivait, du reste, avec un grand nombre de signes abréviatifs. Ajoutons à cela les altérations résultant de l'ignorance ou de l'inadvertance des écrivains, et nous comprendrons combien la langue latine, chargée d'une multitude de mots étrangers plus ou moins barbares, acheva de se corrompre par une orthographe vicieuse ou plutôt par l'absence d'orthographe. Une des transformations...
Page 150 - Tous les rois de France de la première race, à l'exception de Childéric, père de Clovis I", et de Childéric III, se sont servis de sceaux ronds.
Page iii - Quatrième édition, revue, corrigée et augmentée: 1° d'une instruction sur les sceaux et leurs légendes , avec pi.; 2° des règles de critique des diplomat. BB sur les chartes, les manuscrits et les sceaux, <) planches in-4.
Page 4 - ... chartes; 5° et celles dont on doit s'aider pour reconnaître l'âge d'un manuscrit ou d'une charte sans date. « La quatrième, enfin, comprendra une instruction sur les sceaux qui accompagnent les actes du moyen-âge, et expliquera les difficultés paléographiques qui se rencontrent dans leurs légendes ; on y trouvera aussi les règles de critique applicables aux sceaux. » Après une courte étude, un peu attentive, on pourra donc prendre connaissance de titres précieux qu'on aurait, auparavant,...
Page 149 - Romains, c'est-à-dire, qu'ils faisaient apposer aux actes émanés de leur autorité leur sceau gravé sur un anneau qu'ils portaient ordinairement au doigt. Ceux de la première race, ronds pour la plupart, n'excèdent pas communément la...
Page 135 - C'est aux sigles et aux monogrammes qu'il f.iut rapporter l'origine des lettres initiales entrelacées, qui aujourd'hui se gravent ordinairement sur les cachets. Les légendes des plus anciens sceaux sont très-simples et se composent du nom propre mis au nominatif ou au génitif: dans ce dernier cas, on Boua-enlendait probablement bullit ou sigillum.
Page 145 - A ces différentes formes on en reconnoît quelquefois l'âge : c'eit ce qu'il faut examiner j car tout fceau d'une forme beaucoup plus récente que la date du diplôme ne le comporte , doit être mis au nombre des fceaux fuppofés.
Page ii - Dictionnaire des abréviations latines et françaises usitées dans les inscriptions lapidaires et métalliques, les manuscrits et les chartes du moyen âge. Précédé d'une explication de la méthode brachygraphique employée par les graveurs en lettres, les scribes et les copistes du vc au xvr siècle. 1847. I vol. in-12. 29600. CICERO«.

Bibliographic information