Paléographie des chartes et des manuscrits du XIe au XVIIe siècle

Front Cover
A. Aubry, 1885 - Paleography - 159 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Popular passages

Page 96 - Ce n'est qu'à partir du xinc siècle que les traités de musique et la liturgie ecclésiastique présentent des notes carrées sur quatre ou cinq lignes; car le nombre de ces dernières n'était pas déterminé d'une manière invariable. Les traités de musique , un siècle après l'époque de Guido , commencent ordinairement par l'exposition fort obscure du système faussement attribué à cet auteur , puisque ce n'est qu'un siècle après lui, dans...
Page 141 - Description des sceaux. — Quand on transcrit une charte, un titre original, et que des sceaux y sont attachés , non seulement il faut faire mention de leur présence, mais encore les décrire dans leurs moindres détails. » Quand il s'agira de la description d'un sceau, on devra donc indiquer: « Si le sceau est plaqué ou pendant; « Quelle est sa matière — cire, plomb, or, argent...
Page 13 - AVE, VERUM CORPUS, NATUM DE MARIA VIRGINE: Vere passum, immolatum in cruce pro homine; Cujus latus perforatum unda fluxit et sanguine. Esto nobis praegustatum in mortis examine.
Page 152 - Les sceaux de cire jaune ou rouge antérieurs au xiie siècle rendraient suspectes les chartes qui les porteraient. 6. Tous les rois de France de la première race, à l'exception de Childéric, père de Clovis I", et de Childéric III, se sont servis de sceaux ronds.
Page 24 - ... lettres d'un même nom, suivant l'idée du copiste, qui écrivait, du reste, avec un grand nombre de signes abréviatifs. Ajoutons à cela les altérations résultant de l'ignorance ou de l'inadvertance des écrivains, et nous comprendrons combien la langue latine, chargée d'une multitude de mots étrangers plus ou moins barbares, acheva de se corrompre par une orthographe vicieuse ou plutôt par l'absence d'orthographe. Une des transformations les plus fréquentes était celle du G en V ou...
Page 151 - Romains, c'est-à-dire, qu'ils faisaient apposer aux actes émanés de leur autorité leur sceau gravé sur un anneau qu'ils portaient ordinairement au doigt. Ceux de la première race, ronds pour la plupart, n'excèdent pas communément la...
Page 139 - C'est aux sigles et aux monogrammes qu'il f.iut rapporter l'origine des lettres initiales entrelacées, qui aujourd'hui se gravent ordinairement sur les cachets. Les légendes des plus anciens sceaux sont très-simples et se composent du nom propre mis au nominatif ou au génitif: dans ce dernier cas, on Boua-enlendait probablement bullit ou sigillum.
Page 8 - ... Lépine , un des vénérables piliers du cabinet des manuscrits de la bibliothèque du roi, et je dois ajouter de la science, était un jour à examiner avec moi le prix d'un manuscrit nouvellement apporté à la bibliothèque.
Page 148 - A ces différentes formes on en reconnoît quelquefois l'âge : c'eit ce qu'il faut examiner j car tout fceau d'une forme beaucoup plus récente que la date du diplôme ne le comporte , doit être mis au nombre des fceaux fuppofés.
Page 14 - ... du traité de médecine, comme il reste une page qui n'a pas été entièrement remplie, notre jeune moine en profite pour répéter son nom et sa menace contre celui qui emblera son livre. Et au-dessous il ajoute cette réminiscence poétique : Seigneurs...

Bibliographic information